DIVERTISSEMENT
07/11/2020 23:51 EST | Actualisé 07/11/2020 23:55 EST

Marc Labrèche se glisse dans la peau d'une Céline Dion un peu tannée des imitations

«Là Céline elle commence à en avoir son truck en tabarn*k...»

Télé-Québec

C’est une Céline Dion se posant de très profondes questions existentielles que Marc Labrèche nous a servie sur un plateau d’argent, ce samedi 7 novembre, à l’occasion de sa parodie hebdomadaire présentée dans le cadre de l’émission Cette année-là.

À quelques semaines de la sortie au Québec d’Aline, le film de Valérie Lemercier «librement» inspiré de la vie de Céline Dion (rebaptisée Aline Dieu pour les besoins du long métrage), la diva parodiée, tel le Eminem d’une certaine époque, a voulu affirmer haut et fort qu’elle était la seule, l’unique, la vraie Céline Dion.

Ce qui est franchement très bien pensé dans le contexte d’une telle parodie, inspirée des vidéos promotionnelles de la chanteuse, où plans trop léchés voulant tout et rien dire, jeux de miroir, surabondance de gestes et métaphores pour le moins surprenantes sont à l’honneur.

«Les gens, ils m’imitent partout. Ce sont des gens qui n’ont pas ma face, et qui ne sont pas moi, mais qui font comme s’ils étaient moi. Mais ils ne peuvent pas être moi, parce que moi, je suis là», explique d’abord la chanteuse de la façon la plus limpide qui soit (ou pas), avant de communiquer beaucoup plus clairement son ras-le-bol face à cette situation.

«Mais là, Céline elle commence à en avoir son truck en tabarn*k. Last time girlfriend checked, je ne m’appelle pas Aline. Mais même si tu rajoutes un C à Aline, ça ne fait pas Céline, ça fait Caline.»


Celle qui se décrit à la fois comme une femme, une chanteuse, une «môman» et une «waaaaarrior» poursuit en expliquant à ceux et celles qui auraient encore des doutes que nous ne pouvons pas être deux fois la même personne… «à moins d’avoir été dans une petite machine, comme dans les films où que les gens ils rentrent dedans et quand ils sortent, il y en a deux. Mais je n’ai pas été dans une petite machine».

«Est-ce que ces gens-là imitent Céline? Ou est-ce que c’est moi qui imite ces gens-là? Je suis-tu du beurre ou de la margarine? Je suis du beurre», tranche-t-elle finalement avec toute l’assurance qu’on lui connaît.

Cette année-là est diffusée le samedi à 20h00, sur les ondes de Télé-Québec.