NOUVELLES
17/02/2020 16:57 EST | Actualisé 18/02/2020 10:24 EST

Solidarité avec les Wet'suwet'en: manifestation au centre-ville de Montréal

Des militants autochtones ont pris le contrôle de l'intersection de Sherbrooke Ouest et McGill College.

Huffpost Québec/ Étienne Brière

Des militants pour les droits des autochtones ont déclaré leur «souveraineté» sur une intersection du centre-ville de Montréal, lundi après-midi.

Une centaine de personnes, surtout des jeunes, ont bloqué la circulation sur la rue Sherbrooke Ouest entre Mansfield et University en solidarité avec le peuple Wet’suwet’en de la Colombie-Britannique.

Elles réclament que la souveraineté des peuples autochtones sur leurs territoires ancestraux soit respectée.

Vers 16h, les policiers - qui n’avaient pas été avertis de la manifestation - établissaient un périmètre autour de l’intersection.

Catie Galbraith, membre de la Nation Chickasaw d’Oklahoma et étudiante à l’Université McGill a affirmé que les manifestants comptaient rester sur place pendant «quelques heures», afin de faire entendre leur message.

 Voyez nos images de la manifestation. 

Galerie photo Solidarité avec les Wet'suwet'en: manifestation au centre-ville de Montréal Voyez les images

Les manifestants, dont plusieurs étudiants de l’Université McGill, située à un jet de pierre de l’intersection, ont notamment scandé des slogans contre la Gendarmerie royale du Canada, dont l’intervention pour faire respecter une injonction obtenue par Coastal GasLink a mis le feu aux poudres il y a dix jours.

Le 6 février, la GRC a démantelé plusieurs camps de fortune le long d’une route de service menant au chantier du gazoduc Coastal GasLink, qui passe sur le territoire ancestral des Wet’suwet’en.

L’intervention a provoqué un mouvement national de protestation en solidarité avec les Wet’suwet’en, qui paralyse le transport ferroviaire dans plusieurs régions du Canada depuis plus d’une semaine.

La ligne 4 du train de banlieue exo, qui relie Candiac au centre-ville de Montréal, est notamment arrêtée depuis le 10 février dernier, en raison de la présence de manifestants Mohawks près des rails à Kahnawake.