POLITIQUE
15/12/2019 17:00 EST

Malgré une popularité record, Legault commence déjà à préparer sa sortie

Pas question pour lui de chercher à s’incruster en réclamant un troisième, voire un quatrième mandat.

THE CANADIAN PRESS/Jacques Boissinot
François Legault (photo d'archives)

L’ivresse du pouvoir a une date de péremption pour le premier ministre François Legault, qui commence déjà, malgré une cote de popularité au zénith, à préparer sa sortie.

Pas question pour lui de chercher à s’incruster en réclamant un troisième, voire un quatrième mandat.

Quoi qu’il arrive, avant la fin d’un éventuel deuxième mandat, il aura quitté la politique.

En entrevue à La Presse canadienne, cette semaine, en marge de la mission qu’il dirigeait en Californie, M. Legault a dit qu’il n’entendait pas déroger à son plan de match: il sera sur les rangs en 2022 pour obtenir un second mandat. Et s’il l’obtient, il prévoit partir dans la seconde moitié du mandat.

Il semble hésiter à aborder de front ce sujet, en pensant au moment où il devra passer la main. «Je vois très bien qu’à la fin du deuxième mandat... il faudrait...» La phrase reste en suspens.

Il ne se voit pas, comme tant d’autres, dit-il, comme un politicien de carrière, obsédé par ce qu’il appelle «le plaisir du pouvoir».

«Je ne donnerai pas de noms», dit-il, à propos «des gens qui font de la politique pour de la politique. Ils prennent goût au pouvoir, puis c’est de rester au pouvoir pour rester au pouvoir».

Pas son style.

Pouvons-nous être meilleurs, être plus fiers d’être Québécois? C’est ça qui me motive, ce n’est pas la question du pouvoir.François Legault

La durée et le nombre de mandats n’ont donc aucune importance pour lui, assure-t-il, disant être motivé par une seule chose en politique, un seul objectif: «Pouvons-nous être meilleurs, être plus fiers d’être Québécois? C’est ça qui me motive, ce n’est pas la question du pouvoir.»

L’homme âgé de 62 ans avait déjà annoncé ses couleurs quand il avait fait son grand retour en politique en 2011, en déclarant: «aujourd’hui, je suis clair, je ne souhaite pas, si je retourne en politique, en faire une carrière». Il s’était fixé alors un horizon de 10 ans, qui approche de son terme. Par la suite, il avait évoqué l’échéance d’un seul mandat, puis de deux mandats.  

N’empêche, il a beau se décrire comme un «homme d’affaires» et un «entrepreneur», en référence à la dizaine d’années passées à la direction d’Air Transat, sa carrière aura été essentiellement consacrée à la politique depuis 1998.

En novembre 2011, il a fondé la Coalition avenir Québec (CAQ), un parti créé à son image, fait sur mesure pour lui. On a dit alors que c’était le «parti d’un seul homme».

M. Legault se dit aujourd’hui assuré que son parti lui survivra, que la relève est là prête à prendre les commandes après son départ.

«Je n’ai pas d’inquiétude. Ca me fait même plaisir de voir qu’il y a la relève qui pousse», dit-il, ajoutant qu’on pourrait même «commencer à mettre des noms sur des personnes qui pourraient éventuellement me remplacer». Mais il s’abstiendra d’identifier son dauphin.

Un «gars de résultats»

Le fait de renoncer d’emblée à multiplier les mandats éclaire son style de gouvernance, axé sur la performance, l’efficacité et la recherche de résultats à court terme. Il semble engagé dans une véritable course contre la montre, animé par un sentiment d’urgence.

Comme il le dit lui-même, il n’est pas du genre «à jaser pour jaser», disons.

Il gouverne dans la hâte, voire diront d’aucuns dans la précipitation, comme on a pu le constater avec le cafouillage du programme de l’expérience québécoise (PEQ), mal ficelé. À coup de menaces de lois spéciales et de bâillons pour forcer l’adoption de projets de loi, les choses ne vont jamais assez vite pour lui.

Il est conscient de mettre beaucoup de pression sur ses ministres pour qu’ils livrent la marchandise, et vite. Ils savent qu’ils sont assis sur un siège éjectable s’ils se traînent les pieds. 

«Moi, je suis un gars de résultats. Je veux voir des résultats», résume le premier ministre pour justifier sa façon de gouverner.

«Oui, convient-il, je mets de la pression et je suis exigeant avec les ministres, mais c’est parce que moi, je veux livrer, dans les domaines où on veut faire des changements.» 

Les ministres ont déposé dernièrement leur plan stratégique avec des cibles de performance à atteindre pour chaque ministère.

«Le premier responsable d’atteindre ces objectifs-là, c’est moi», dit le premier ministre qui affirme s’imposer à lui-même les mêmes exigences qu’à son cabinet.

Il sait qu’il a l’obligation de «livrer la marchandise», car les attentes de la population sont élevées.

Et il sait bien que la lune de miel avec elle ne durera pas éternellement.

À VOIR AUSSI: François Legault rencontre Justin Trudeau