NOUVELLES
18/12/2019 15:25 EST | Actualisé 18/12/2019 15:26 EST

Les nouvelles Maisons des aînés ne suffiront pas à combler les besoins

Le Parti libéral déplore un nombre insuffisant de places.

Ministère de la Santé et des Services sociaux
Dans plusieurs régions, la demande dépasse le nombre de places qui doivent être créées par le gouvernement Legault.

L’opposition officielle doute que les futures Maisons des aînés puissent vider la liste d’attente pour les Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD).

Vu les 3172 Québécois actuellement sur une liste d’attente, la création de 2600 nouvelles places d’ici 2022 ne réglera pas tout, a affirmé en entrevue la porte-parole du Parti libéral pour les aînés, Monique Sauvé.

Elle a obtenu, grâce à une demande d’accès à l’information, le nombre de places proposées en Maisons des aînés pour chaque région. C’est une information qui n’avait pas encore été divulguée à ce jour par la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais.

Des manques dans plusieurs régions

Par exemple, dans la région de la Capitale nationale, 277 places en Maisons des aînés sont proposées, alors qu’il manque dans les faits 418 places. À Montréal, 112 places sont proposées, alors qu’il en manque 642.

En Abitibi-Témiscamingue, on a besoin de 58 places, mais le nombre proposé est de deux fois moins: 32. Sur la Côte-Nord également, on propose de créer 25 places en Maisons des aînés, alors qu’on en a besoin de 47.

La région de Laval a besoin de 271 places; le gouvernement Legault propose d’en créer 153 d’ici 2022. 

C’est en Montérégie où l’on compte le plus de gens qui attendent une place en CHSLD: 719 personnes sont en attente, mais Québec créera 510 places. 

Voyez le concept des Maisons des aînés en vidéo:

Le 26 novembre dernier, Mme Blais a confirmé la création de 2600 nouvelles places en Maisons des aînés ou en Maisons alternatives, ainsi que la rénovation ou la reconstruction de 2500 places en CHSLD, pour une facture totale de plus de 2,6 milliards $.

Les Maisons des aînés accueilleront des personnes âgées en perte d’autonomie modérée qui seront accompagnées jusqu’à la perte d’autonomie majeure. Quant à la maison alternative, elle permettra d’accueillir une clientèle adulte — de moins de 65 ans — ayant des besoins spécifiques.

Les nouvelles places seront ouvertes d’ici 2022. Les terrains ciblés seront achetés par le gouvernement d’ici le printemps prochain. Quant à la rénovation et la reconstruction de bâtiments existants, il n’y a pas d’échéancier.