Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Comment trouver le bon pantalon de neige?

Un choix à ne pas prendre à la légère.

Pas question de geler ou de transpirer abondamment dès qu’on met le pied dehors. Pour profiter de la saison hivernale au max, on s’équipe adéquatement de la tête aux pieds sans négliger le fameux pantalon de neige, plus technique que vous le croyez. Voici les principaux éléments à observer lors du magasinage.

En fonction du sport pratiqué

«C’est la première question à se poser, affirme l’acheteuse de vêtements plein air pour la chaîne québécoise Altitude Sports, Julia Themelidis. On choisit selon l’intensité de l’activité. Les besoins pour le ski alpin et le ski de fond sont totalement différents, par exemple.»

On préfèrera donc un matériel plus léger et ultra respirant si notre sport de prédilection est exigeant ou si tout le monde nous surnomme la fournaise. À contrario, on choisira un pantalon plus épais, d’une imperméabilité suprême avec des trappes d’aération ciblées si l’activité est moins demandante et exige des contacts directs avec la neige.

La qualité de la membrane extérieure

Si on veut garder notre pantalon de neige longtemps, on mise sur une membrane performante comme le très populaire Gore-Tex, gage d’imperméabilité et de respirabilité. Autrement dit, l’humidité sort, mais ne peut rentrer.

«Il ne faut surtout pas choisir un enduit. C’est moins cher, mais c’est comme de la peinture étalée sur un pantalon. Ça finit par lever, tandis que la membrane est fusionnée au tissu», explique Mme Themelidis.

La souplesse du tissu

Puisqu’il n’y a rien de plus désagréable que d’être limité dans nos mouvements pendant qu’on joue dehors, on mise sur un pantalon qui bouge dans tous les sens. Au toucher, on peut normalement tester le «stretch» quadridirectionnel. Les vestes ou manteaux «shell» ou «soft shell» ultra extensibles sont souvent recommandés pour les sportifs actifs (et très grouilleux).

Le nombre de grammes d’isolant

Selon nos besoins et notre température corporelle personnelle, on vérifie sur l’étiquette le nombre de grammes d’isolant contenu dans le pantalon. Plus le nombre est élevé, plus les frileux seront ravis.

Par contre, l’acheteuse d’Altitude Sports conseille généralement de miser sur un pantalon moins chaud, puis d’enfiler des couches en dessous au besoin, comme les premières couches d’Arc’Teryx ou les sous-vêtements en laine mérinos de Smartwool. Le pantalon devient automatiquement plus versatile.

La qualité de l’isolant

Il est préférable de miser sur un isolant à base de fibres synthétiques, comme le polyester, puisque ça sèche rapidement, puis permet d’évacuer l’humidité. Le fabricant Primaloft est le leader mondial de l’isolant, mais de plus en plus de marques développent le leur.

«À cause de la recherche constante, il y a tellement de variétés d’isolants et il y en a beaucoup qui s’équivalent. Même Primaloft dispose de différentes gammes. Black, gold, et cetera. Il y a toujours plus léger, plus performant, plus durable. Référez-vous à un vendeur si vous voulez vérifier la qualité de l’isolant [ou le comparer à ceux de Primaloft]», conseille Julia Themelidis.

Le développement de nouvelles technologies expliquerait d’ailleurs pourquoi les prix continuent d’augmenter et qu’on retrouve sur le marché des pantalons de neige à 100$, puis d’autres à 900$.

5 pantalons de neige haut de gamme

La cote d’imperméabilité

Si on n’est pas certain de la performance de la membrane, on peut vérifier sur l’étiquette la cote standardisée «mm» qui évalue l’imperméabilité. Selon Mme Themelidis, entre 3000 mm et 5000 mm, le produit devrait être suffisamment imperméable pour vous garantir un bon confort.

«Certaines marques affichent jusqu’à 30 000 mm, mais c’est tiré par les cheveux. C’est plus du marketing rendu là», pense-t-elle.

Le traitement DWR pour durable water repellency ou traitement déperlant durable TDD, en français, est aussi gage d’imperméabilité. Il permet à l’eau de perler à la surface du tissu au lieu de pénétrer. Le même traitement - chimique - est appliqué sur les tentes.

Un renforcement aux genoux et aux fesses

Encore une fois, si l’objectif est de garder son pantalon longtemps, on mise sur des modèles qui disposent de renforcement en tissu aux genoux et aux fesses, les parties qui ont le plus tendance à s’effriter et déchirer.

Des fermetures éclair robustes

On privilégie les fermetures métalliques qui durent plus longtemps et qui sont aussi imperméables. Oui, certaines laissent passer l’eau.

Comment prendre soin des manteaux et des bottes d'hiver
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.