NOUVELLES
31/12/2019 10:28 EST

L'ex-patron de Nissan Carlos Ghosn dit être au Liban après sa fuite du Japon

M. Ghosn a fait savoir dans un communiqué qu’il n’avait pas fui la justice japonaise, mais plutôt l’injustice et la persécution politique.

L’ancien haut dirigeant de trois importants constructeurs automobiles, Carlos Ghosn, a fui le Japon pour se réfugier au Liban, même si un tribunal japonais lui avait interdit de voyager outre-mer.

M. Ghosn a fait savoir dans un communiqué qu’il n’avait pas fui la justice japonaise, mais plutôt l’injustice et la persécution politique. Il n’a pas expliqué comment il était parvenu à sortir du Japon alors qu’il devait faire l’objet d’une surveillance par les autorités.

Il a promis de s’adresser aux médias d’information la semaine prochaine.

Carlos Ghosn, qui est d’origine libanaise, détient des passeports du Liban, de la France et du Brésil. Il a été arrêté au Japon en novembre 2018 pour des crimes liés à la fraude; son procès devait débuter en avril prochain et s’il était trouvé coupable, il risquerait 15 ans d’emprisonnement.

Il n’a jamais cessé de nier sa culpabilité.

Il avait été libéré sous caution il y a environ huit mois, mais sous de strictes conditions: il lui était notamment interdit de voir son épouse.

Après son arrestation, Carlos Ghosn a été chassé de la présidence des constructeurs automobiles nippons Nissan et Mitsubishi Motors, et il a démissionné de la présidence de Renault.