Vivre

«Lesbo-queer»: une BD pour offrir des modèles positifs aux jeunes femmes

«Être lesbienne, ce n'est pas mettre une croix sur ses rêves», rappelle la directrice générale du Réseau des lesbiennes du Québec.
BD Lesbo-queer
BD Lesbo-queer

Si vous vous prêtez à un rapide recensement des œuvres culturelles auxquelles nous avons accès, au Québec, vous vous apercevrez rapidement que les personnages de femmes lesbiennes ne sont pas très nombreux. Et même dans l’espace public en général, les femmes lesbiennes se font plutôt rares.

«En fait, les images véhiculées des femmes lesbiennes sont encore très souvent soit négatives, soit pornographiques», déplore Julie Antoine, directrice générale du Réseau des lesbiennes du Québec (RLQ).

C’est pour contrer ces perceptions et donner aux jeunes filles des modèles positifs que le RLQ publie une BD intitulée Lesbo-queer, destinée aux jeunes d’environ 12 à 20 ans.

La directrice générale du Réseau des lesbiennes du Québec (RLQ), Julie Antoine
La directrice générale du Réseau des lesbiennes du Québec (RLQ), Julie Antoine

Julie Antoine et sa collègue Julie Vaillancourt, responsable des communications au RLQ, ont écrit le scénario, alors que l’illustratrice Mathilde Houisse a dessiné les planches. Lesbo-queer raconte l’histoire de Camille, qui se pose beaucoup de questions sur son orientation sexuelle. Elle fera la rencontre de Winema. Les deux femmes tomberont amoureuses et devront affronter plusieurs préjugés et attaques. Elles auront aussi un enfant ensemble.

«C’est important de savoir que ce n’est pas parce que tu es lesbienne que tu n’auras pas d’enfant ou que tu ne devrais pas en avoir.»

- Julie Antoine, directrice générale du RLQ

«C’était important pour nous de montrer une histoire positive et d’aborder la lesbo-parentalité, affirme Julie Antoine. C’est un choix que Camille et Winema ont le droit de faire. C’est important de savoir que ce n’est pas parce que tu es lesbienne que tu n’auras pas d’enfant ou que tu ne devrais pas en avoir.»

«Être lesbienne, ce n’est pas mettre des croix sur des rêves, ajoute-t-elle. C’est une orientation sexuelle, ça ne devrait pas te limiter. Et malheureusement, c’est encore trop souvent le cas.»

La BD aborde aussi toutes sortes d’enjeux importants aux yeux du RLQ, comme le coming-out, les ITSS chez les femmes, les différences entre les milieux rural et urbain... Tous des sujets qui demeurent encore tabous, à différents niveaux, selon la directrice générale du RLQ.

Éducation populaire

L’organisme offre d’ailleurs des formations sur «l’empowerment des femmes LGBTQ+» dans plusieurs universités.

Julie Antoine estime que cette BD peut servir d’outil d’éducation populaire pour les adolescents et les jeunes adultes en général, et même pour des parents qui ne savent pas comment aborder le sujet de l’orientation sexuelle avec leur enfant. Mais avant tout, elle espère que ce livre pourra venir en aide à des jeunes filles qui se posent des questions... et ne trouvent pas nécessairement de réponses adéquates sur le web.

La BD Lesbo-queer, publiée aux Éditions saphiques du Réseau des lesbiennes du Québec, sera lancée le 11 décembre prochain à la librairie féministe l’Euguélionne, dès 18h.

À VOIR AUSSI: le témoignage de ce jeune homme ayant vécu de l’intimidation à l’extrême