POLITIQUE
17/09/2019 19:22 EDT

Les verts souhaitent protéger davantage la «vie privée numérique»

Le parti promet notamment d’interdire toute intrusion sans mandat dans les communications des Canadiens et de bannir les programmes de cybersurveillance utilisant la collecte de données en vrac.

Frank Gunn/The Canadian Press via Associated Press
Elizabeth May (photo d'archives)

Le Parti vert souhaite améliorer la protection de la vie privée des citoyens dans l’espace numérique, notamment en interdisant la publicité en ligne personnalisée lors des élections.

La chef du parti, Elizabeth May, a fait un saut mardi dans le quartier de haute technologie de Waterloo, en Ontario, pour souligner les promesses des verts en matière de protection de la vie privée.

Les verts promettent notamment d’interdire toute intrusion sans mandat dans les communications des Canadiens, de bannir les programmes de cybersurveillance utilisant la collecte de données en vrac, de mettre fin à la surveillance des manifestants et des organisations non gouvernementales canadiennes et d’augmenter considérablement les pouvoirs du commissaire fédéral à la protection de la vie privée.

Le Parti vert demanderait aussi aux entreprises de respecter le «droit à l’oubli», qui permet à un citoyen de décider si les informations de son passé peuvent demeurer en ligne ou être retirées.

Mme May a souligné mardi que les verts souscrivent aux recommandations du fondateur du Centre pour les droits numériques, l’homme d’affaires Jim Balsillie, qui préconise notamment l’adoption d’une loi pour protéger davantage la vie privée et qui demande de fournir des protections efficaces aux lanceurs d’alerte qui dénoncent des abus.

Les verts réclament par ailleurs une enquête parlementaire pour réformer toutes les lois qui régissent la protection de la vie privée au Canada.

«L’an dernier, le commissaire à la protection de la vie privée, Daniel Therrien, a averti que le Canada se trouvait loin derrière l’Union européenne et d’autres pays en ce qui concerne nos lois sur la protection de la vie privée», a déclaré Mme May. «Il est choquant de constater que nous avons des lois si inadéquates qui régissent la façon dont nos propres partis politiques traitent les données personnelles des citoyens. Il est temps de resserrer nos lois sur la vie privée.»

À VOIR AUSSI: Déficit budgétaire de 14 milliards $ pour 2018-19