POLITIQUE
09/10/2019 16:33 EDT | Actualisé 09/10/2019 17:54 EDT

Les verts promettent aux Québécois de se tenir debout pour leur culture

Si les Québécois votent vert et si le parti d'Elizabeth May obtient la balance du pouvoir, elle s’en servira pour obtenir des résultats pour leur culture, a-t-elle promis.

THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes
La chef du Parti vert, Elizabeth May, s’adresse aux journalistes lors d’une étape de la campagne électorale fédérale à Montréal, le mercredi 9 octobre 2019.

MONTRÉAL — Si le Parti vert du Canada obtient la balance du pouvoir, la cheffe Elizabeth May promet de s’en servir pour obtenir des résultats pour la culture québécoise, a-t-elle déclaré mercredi.

Afin de démontrer que les verts sauront bien représenter le Québec à la Chambre des communes, la cheffe a présenté sa plateforme en matière de culture à Montréal.

Le choix du Québec s’est imposé pour présenter la liste de mesures culturelles, car une telle annonce résonne particulièrement dans la province, a dit le candidat vert dans la circonscription de Longueuil-Saint-Hubert, Pierre Nantel, présent aux côtés de sa cheffe pour l’annonce.

Également flanquée de son chef adjoint Daniel Green et de l’auteur-compositeur-interprète Jamil Azzaoui, la cheffe a promis que son parti se tiendra debout pour la culture.

La formation politique promet d’ailleurs de ne pas s’aplatir devant les pressions des géants du web: elle va imposer leurs revenus et les forcer à récolter la TPS - «sans attendre», dit-elle, puisqu’elle reproche aux libéraux son inaction dans ce dossier depuis quatre ans.

«C’est une question d’équité», juge la cheffe.

Les verts parlent aussi d’augmenter la représentation du Québec et des francophones hors Québec dans les conseils d’administration des institutions culturelles fédérales, comme le Conseil des arts et l’Office national du film.

Le parti donnerait entre autres un droit d’intervention au Québec sur toutes les ententes qui touchent la culture québécoise. Le Québec aurait son mot à dire, a fait valoir le chef adjoint du parti, Daniel Green. Ce serait le cas notamment de l’entente avec Netflix et comment elle va s’appliquer à la culture québécoise, notamment en termes de production de contenu québécois par cette plateforme.

Mme May a aussi souligné que son parti augmenterait le financement de Radio-Canada à hauteur de la somme par habitant remise à la BBC, le diffuseur d’État au Royaume-Uni. Car les francophones hors Québec méritent des services de nouvelles de qualité, a-t-elle notamment fait valoir, sur l’esplanade de la Place des arts à Montréal.

L’avenir aux Communes

La cheffe Elizabeth May persiste et signe: le chef conservateur Andrew Scheer ne sera pas premier ministre le 21 octobre. Elle lui avait lancé cette phrase au visage lundi, en plein débat des chefs.

«Je reste avec mon avis sur M. Scheer», a-t-elle répondu lorsque questionnée sur le plus récent sondage post-débat, mené par Forum Research, qui place les conservateurs en première position des intentions de vote des Canadiens, avec 35 pour cent des appuis.

Mais elle dit craindre un gouvernement libéral majoritaire tout comme un gouvernement conservateur.

«Parce que c’est clair que M. Trudeau a brisé ses promesses au cours des quatre dernières années. Mais avec un gouvernement minoritaire, on va pouvoir faire de vrais progrès.»

«Pour les verts, notre objectif est d’avoir un groupe plus grand, très grand, de députés verts (partout au pays) qui sont capables de travailler avec les autres pour exiger que les autres tiennent leurs promesses», notamment sur les changements climatiques, a-t-elle soutenu.