NOUVELLES
20/01/2020 15:29 EST | Actualisé 21/01/2020 10:33 EST

Les Terre-Neuviens rivalisent d'ingéniosité pour sortir de chez eux après le blizzard

Dans certains cas, la neige s'est empilée jusqu'en haut des portes d'entrée, mais cela n'a pas empêché les gens de trouver une issue.

Terre-Neuve a fait face à une tempête de neige record, qui a causé des pannes d’électricité, enterré des voitures et fait tomber plus de 70 centimètres de neige sur certaines parties de la province.

L’état d’urgence demeure en vigueur dans la capitale, Saint-Jean. Les Forces armées canadiennes ont été appelées en renfort et on attend encore de la neige.

De nombreux Terre-Neuviens n’attendent pas l’aide et ont commencé à creuser pour pouvoir sortir de leur maison. Mais comment creuser une sortie dans un mur de neige solide?

La réponse: des seaux, un bain et beaucoup d’huile de coude.

Des publications sur les réseaux sociaux montrent que les portes de certaines maisons sont entièrement bloquées par la neige. Le vent la tasse tellement sur elle-même qu’elle ne bouge ni ne tombe pas une fois que les portes sont ouvertes et que les gens commencent à creuser, a déclaré le résident Mark Browne.

M. Browne, gestionnaire d’un centre de contact à Saint-Jean, a publié un tweet au sujet de la façon dont il a dû creuser la neige devant sa porte. Il a dit à HuffPost Canada qu’il a commencé au sommet et progressé vers le bas.

«J’ai utilisé un petit seau et transféré la neige dans un plus grand seau à ordures. Après, ma femme l’a vidé dans la baignoire. Nous avons monté le chauffage dans la salle de bain et fermé la porte pour aider la neige à fondre et nous y avons coulé une douche froide. La neige n’était pas trop lourde, ce qui a aidé», a déclaré Browne.

Et il a aussi pris le temps d’avoir du plaisir avec celle-ci.

Une fois qu’ils ont été capables de sortir, il a aussi libéré ses fenêtres et sa sortie de sécheuse de leur étau enneigé. Des idées judicieuses.

Sa femme et lui avaient pelleté pendant environ deux ou trois heures, mais il estimait n’avoir fait que la moitié du travail.

L’approche de M. Browne semble être la méthode privilégiée pour se sortir de ces conditions qui rendraient plusieurs claustrophobes, mais certains ont opté pour quelques variations.

Température de l’eau: chaude ou froide? «J’ai fait couler l’eau chaude, en essayant de faire fondre tout ça», a déclaré la personne qui a soumis sa vidéo de la méthode seau/baignoire à MétéoMédia (qu’on peut également voir en haut de cet article). «Ça va prendre une demi-heure et nous allons manquer d’eau chaude.»

La vidéo montre une astuce de pro: créer un «chemin de serviettes» menant de la porte à la baignoire pour éviter d’inonder le couloir.

Le travail d’équipe est la clé: Nadine Wells, une résidente de Saint-Jean, avait aussi une accumulation de neige devant sa maison, mais pas aussi haute. Elle a dit que ça avait pris cinq heures - incluant une pause - à un ami et elle, pour creuser une sortie. Comme sa porte n’était pas complètement bloquée, les deux ont adopté une approche différente.

«Il a fait la plupart des tâches lourdes, brisé la majeure partie de la neige en gros morceaux et les a emportés», a-t-elle dit à HuffPost Canada. «Il a grimpé par la porte et a pelleté vers l’intérieur. Puis, je suis sortie et nous avons continué le reste de la journée jusqu’à ce que ce soit fait. Nous avons pris un bloc de neige à la fois. C’est vraiment tout ce que vous pouvez faire.»

Parfois, les propriétaires ne sont pas si mal...

«C’était la neige parfaite pour creuser de cette façon, car elle restait bien ensemble... Elle serait parfaite pour construire des igloos», a noté Mme Wells.

Justement: soyez créatifs! Les Terre-Neuviens ont creusé des tunnels élaborés et se sont installés dans des abris de fortune pendant leur quête de liberté (ou peut-être simplement pour savourer une bière glacée).

Enfin, il y a aussi l’approche de ce chien: très mignonne, mais pas très réussie.

Quelle que soit la méthode choisie, les Terre-Neuviens prennent la neige comme elle vient. M. Browne a dit qu’il n’avait pas peur, car il s’était préparé pour cette météo et avait fait le plein à la maison.

«Nous sommes des gens robustes, et nous allons tous y arriver ensemble», a-t-il déclaré.

Mme Wells n’était pas déconcertée non plus.

«Je suis une Terre-Neuvienne, donc j’ai vu pire que ça. J’ai vécu à St. Anthony quand j’étais enfant et nous avions des tempêtes comme celle-ci tout le temps… C’est de loin la pire tempête que j’aie jamais vue à Saint-Jean, par contre. »

Espérons que la neige fonde dans ces baignoires pour que les résidents puissent faire tremper leurs muscles endoloris par tout ce pelletage!

Avec Lisa Yeung.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

À VOIR AUSSI: À VOIR AUSSI: L’hiver devrait être froid et mouvementé à travers le Canada