POLITIQUE
09/11/2019 17:30 EST

Les sympathisants pourront choisir le prochain chef du PQ

Réunis en congrès extraordinaire samedi à Trois-Rivières, les militants ont accepté d’ouvrir les portes du parti.

THE CANADIAN PRESS IMAGES/Graham Hughes
Logo du Parti québécois (photo d'archives)

TROIS-RIVIÈRES, Qc — Le prochain chef du Parti québécois (PQ) pourra être choisi non seulement par les membres, mais aussi par des sympathisants.

Réunis en congrès extraordinaire samedi à Trois-Rivières, les militants ont accepté d’ouvrir les portes du parti: ils ont changé les règles pour que même des citoyens qui ne sont pas membres puissent voter dans des primaires ouvertes.

L’hiver prochain, des instances de la formation décideront des règles de la course à la direction. Elles devront donc choisir l’élection du prochain chef par un suffrage plus large que celui des membres.

Malgré l’opposition farouche de certains militants, l’assemblée a voté massivement en faveur des nouvelles règles.

«‘Coudonc’, a-t-on si peur de changer?» a demandé le député péquiste de Rimouski, Harold LeBel, qui s’est prononcé en faveur de l’élargissement du vote pour le nouveau chef. «Non, on n’a pas peur de changer et c’est ça qu’on va laisser savoir aujourd’hui aux gens qui nous écoutent. Le Parti québécois change et il n’a pas peur de changer.»

En outre, les militants ont décidé de trancher en faveur de la parité dans les exécutifs de circonscription.

Chaque organisation devra être composée de sept personnes, une présidence, deux femmes, deux hommes, en plus de deux jeunes, soit une jeune femme et un jeune homme.

Les délégués ont par ailleurs rejeté une proposition pour ajouter, aux valeurs de «justice» et d’«équité» énoncées dans la déclaration, la précision «dans un contexte de social-démocratie».

«Au Parti québécois, on a des courants de pensée différents, c’est un peu le détroit de Magellan des idées, il y a la gauche et la droite qui se rencontrent», avait résumé un peu plus tôt le militant Paul Saint-Pierre Plamondon, aspirant pressenti à la direction du PQ.

À VOIR AUSSI: Le Bloc obtient un autre dépouillement judiciaire