NOUVELLES
11/11/2019 19:57 EST | Actualisé 12/11/2019 06:21 EST

Les médecins spécialistes préoccupés par la formation des superinfirmières

Les nouveaux actes que ces infirmières pourront poser comportent leur lot de «risques» et de «conséquences», prévient le syndicat dirigé par Diane Francoeur.

Hero Images via Getty Images

QUÉBEC — Le gouvernement caquiste traite la formation des infirmières praticiennes spécialisées (IPS) avec une légèreté déconcertante, estime la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

Pourtant, les nouveaux actes que ces infirmières pourront poser comportent leur lot de “risques” et de “conséquences”, prévient le syndicat dirigé par Diane Francoeur.

Elle viendra présenter, mardi, son mémoire sur le projet de loi 43, qui accroît l’autonomie des IPS, dites superinfirmières. Elle recommandera entre autres de soumettre les IPS à un programme de développement continu comparable à celui des médecins.

“Le législateur semble considérer que la formation de niveau maîtrise des IPS (cinq ans d’université) suffit comme base de pratique. Cette légèreté déconcerte”, relève-t-on dans le mémoire dont La Presse canadienne a obtenu copie.

“La FMSQ a de vives inquiétudes à ce sujet et estime qu’il s’agit là d’un enjeu crucial que l’on traite avec légèreté, en donnant notamment à penser que les actes qui pourront être posés par les IPS sont sans risques ni conséquences. Ce n’est pas le cas.”

Par exemple, les superinfirmières pourront bientôt diagnostiquer toutes les “maladies courantes”. Or, selon les spécialistes, certaines maladies courantes, comme les maladies vasculaires, sont “très difficiles à diagnostiquer”.

Québec permettra-t-il aux IPS de réaliser des ponctions lombaires, des angiographies ou des scopies “qui présentent un risque d’atteintes graves pour le patient?” s’interroge la FMSQ, qui souligne à grands traits l’importance pour ses membres d’être bien formés.

“Logiquement, si les IPS sont autorisées à poser des actes médicaux, elles doivent, elles aussi, être soumises à un programme rigoureux de formation continue. Or, à l’heure actuelle, les mots “formation” et “compétence” n’apparaissent même pas dans le projet de loi 43!” poursuit-on dans le mémoire.

La FMSQ est globalement favorable à la réforme, qui entraînera, selon elle, une augmentation des demandes de consultation en médecine spécialisée par la seule augmentation du nombre de patients vus en première ligne. Mais, “y a-t-il un risque de surcharge de travail pour les spécialistes et de mauvaise utilisation des ressources?”

McCann et les objectifs “peu appuyés”

À l’heure actuelle, 552 superinfirmières au Québec peuvent effectuer certaines tâches, dont le renouvellement d’ordonnances, sous la supervision d’un médecin avec qui elles sont jumelées. Elles posent des “hypothèses de diagnostic” pour six maladies chroniques, mais l’hypothèse doit être confirmée dans les 30 jours par un médecin, qui arrondit ainsi sa rémunération.

Si le projet de loi 43 est adopté, les patients pourront se fier aux superinfirmières pour traiter tous les problèmes de santé courants (otites, infections, blessures, etc.), de même que les maladies chroniques (ostéoporose, arthrite, arthrose, migraines, par exemple). On pourra aussi les consulter pour des cas de pédiatrie, de santé mentale et pour des suivis de grossesses notamment.

Les superinfirmières pourront également poser des actes plus administratifs, tels que délivrer un certificat de retrait préventif pour un travailleur exposé à un contaminant. Si elles sont confrontées à un cas plus complexe (multipathologie, cancer ou autre), elles devront alors inviter le patient à consulter un médecin.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, a déclaré en octobre que les IPS seront en mesure de dispenser 80 pour cent des soins et des services auxquels s’attendent les patients en première ligne. Cela pourrait dégager autour de 25 pour cent du temps des médecins qui sont impliqués dans la supervision des IPS. Des données qui n’ont pas de “source vérifiable”, lance la FMSQ, qui trouve “hasardeux” de la part de la ministre d’énoncer des objectifs “si peu appuyés”.

Au total, dix groupes viendront présenter leur mémoire en commission parlementaire mardi et mercredi, y compris le Collège des médecins du Québec, la FMSQ, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, l’Association des infirmières praticiennes spécialisées du Québec et la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec.

À VOIR AUSSI: Les écrans pourraient modifier la structure du cerveau des jeunes enfants