DIVERTISSEMENT
20/07/2019 16:15 EDT

La distribution de «Game of Thrones» défend la fin de la série

Le dernier épisode de la huitième saison de «GoT» avait battu en mai dernier le record d’audience de la chaîne avec 19,3 millions de téléspectateurs.

Jeff Kravitz via Getty Images
Les acteurs de «Game of Thrones» au Comic-Con de San Diego

Depuis le festival Comic-Con de San Diego, la distribution de Game of Thrones s’est portée à la rescousse des scénaristes pour défendre le dénouement de la série au succès planétaire, qui a suscité la frustration de centaines de milliers de fans.

Avant leur apparition vendredi, les organisateurs de cet événement mettant à l’honneur la culture pop ont dû rappeler au public de faire en sorte que les acteurs se sentent «bienvenus».

Si l’accueil a en réalité été plutôt enthousiaste, l’acteur Nikolaj Coster-Waldau, qui joue le rôle de Jaime Lannister, a lui été hué lorsqu’il a décrit la mort de son personnage, dans les bras de sa soeur Cersei, comme «parfaite». «Cela faisait sens pour moi», a-t-il dit avant d’être interrompu.

«Cette série a rassemblé tant de gens, qui l’ont regardée et aimée. Donc évidemment, quand on arrive à la fin, cela vous énerve quoiqu’il arrive...», a-t-il poursuivi.

Après la diffusion, en mai aux États-Unis, du dernier épisode de la huitième saison de cette série médiévale-fantastique de HBO ―qui avait battu le record d’audience de la chaîne avec 19,3 millions de téléspectateurs ―, les fans de «GoT» avaient dénoncé une saison bâclée.

Une pétition en ligne pour demander que la dernière saison soit refaite «avec des auteurs compétents» a recueilli 1,6 million de signatures.

L’acteur Conleth Hill, qui joue le rôle de Varys, a plaisanté en affirmant ne pas regretter d’avoir «lancé la pétition». Puis, décrivant la réaction des fans de la série comme très positive depuis sa première diffusion en 2011, il a mis les critiques récentes sur le dos d’une «campagne médiatique de haine».

Pour Isaac Hempstead Wright, dont le personnage Bran Stark s’est retrouvé roi au grand dam de nombreux téléspectateurs, la fin ambiguë de la série est par ailleurs une force.

«L’une des choses les plus intelligentes à propos de cette fin est qu’elle ne conclut pas les choses de façon extrêmement claire», a-t-il argumenté. «C’est le chaos dans le royaume (...) Ce n’est pas définitivement fini, ça laisse la place à l’interprétation.»

L’acteur John Bradley (Samwell Tarly), est quant à lui revenu sur une autre polémique, qui le rendait responsable de la présence dans une scène d’un gobelet Starbucks.

«Je m’excuse d’avoir eu soif», a-t-il plaisanté, tout en démentant être responsable de l’incident.

Cette rencontre au Comic-Con devait être la première apparition publique des créateurs de la série, David Benioff et Dan Weiss, mais ces derniers avaient annulé plus tôt dans la semaine, ainsi que deux autres membres de la distribution.

La série a cette semaine battu un record de nominations aux Emmy Awards, les récompenses de la télévision américaine, avec 32 occurrences.

À VOIR AUSSI: