POLITIQUE
17/11/2020 19:35 EST

Legault veut faire la lumière sur la hausse du nombre d'étudiants indiens au Québec

M. Legault a dit qu’il comprenait de la situation que ces étudiants sont rapidement acceptés comme immigrants ici, mais qu’ils peuvent ensuite aller vivre dans une autre province.

THE CANADIAN PRESS/Paul Chiasson
M. Legault a dit qu’il comprenait de la situation que ces étudiants sont rapidement acceptés comme immigrants ici, mais qu’ils peuvent ensuite aller vivre dans une autre province. 

MONTRÉAL — Le premier ministre François Legault a demandé que toute la lumière soit faite sur l’augmentation du nombre d’étudiants indiens qui viennent étudier au Québec dans des collèges privés — en anglais. A priori, il y a quelque chose qui ne sent pas bon, a-t-il déclaré. 

Le premier ministre a indiqué mardi qu’on l’avait mis au courant qu’il y avait une hausse exponentielle des étudiants en provenance d’Inde, entre autres pays, qui s’inscrivent dans des collèges québécois, à fort prix.

M. Legault a dit qu’il comprenait de la situation que ces étudiants sont rapidement acceptés comme immigrants ici, mais qu’ils peuvent ensuite aller vivre dans une autre province.

Un reportage de Radio-Canada a fait état de la situation cette semaine, soulevant notamment des doutes sur les pratiques de certains collèges, qui y voient un marché fort lucratif. 

«J’ai demandé qu’on fouille ça», a répondu M. Legault à un journaliste de la société d’État qui l’interrogeait mardi lors de la conférence de presse visant à faire le point sur la COVID-19. 

Ce n’est pas le principe ni l’idée derrière les programmes pour étudiants étrangers: «L’idée, c’est que ceux qui viennent étudier ici répondent aux besoins de la société et aux besoins du marché du travail».

«Il y a quelque chose qui, a priori, ne sent pas bon.»