POLITIQUE
11/07/2019 06:50 EDT

Front commun des provinces pour augmenter la proportion d'immigrants économiques

Mais les provinces ne s’entendent pas nécessairement sur la façon d’arriver à la cible.

Jonathan Hayward/La Presse canadienne
François Legault en compagnie du premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe.

SASKATOON — Les premiers ministres se sont entendus, mercredi, pour demander au gouvernement fédéral d’accueillir au moins 65 pour cent d’immigrants économiques.

Le Canada en accueille actuellement environ 55 pour cent, contre 45 pour cent de réfugiés et de personnes issues du programme de réunification familiale.

Au terme d’une première journée de travail à Saskatoon, à l’occasion du Conseil de la fédération, les 13 premiers ministres des provinces et territoires ont signé un texte conjoint, invitant le gouvernement fédéral à assurer le traitement «rapide et efficace» des demandes provenant des candidats à l’immigration économique. 

Ils ont insisté sur l’importance des travailleurs spécialisés, des gens d’affaires et des entrepreneurs pour aider à répondre aux besoins du marché du travail.                

«C’est ça que je voulais, s’est réjoui le premier ministre François Legault en fin de journée, mercredi. J’ai eu l’accord de toutes les provinces!

Jonathan Hayward/La Presse canadienne
Les 13 premiers ministres des provinces et territoires sont tous des hommes.

«S’il y a 65 pour cent d’économiques, il est obligé d’avoir 35 pour cent de réfugiés et de réunification familiale», a-t-il calculé.

Mais les provinces ne s’entendent pas nécessairement sur la façon d’arriver à la cible de 65 pour cent. Alors que le Québec souhaite augmenter la proportion d’immigrants économiques en faisant baisser la proportion de réfugiés par exemple, l’Ontario a signifié qu’elle n’était pas prête à faire de même.

L’Ontario prévoit une hausse dans toutes les catégories, a affirmé Ivana Yelich, attachée de presse du premier ministre ontarien, Doug Ford

Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement Legault a annoncé qu’il fera passer de 52 000 à 40 000 les seuils d’immigration, mais il prévoit les rehausser dès l’an prochain pour revenir à plus de 50 000 en 2022. La part de l’immigration économique passerait de 58 pour cent, en 2017, à 65 pour cent en 2022.

Le gouvernement Legault est actuellement en négociation avec Ottawa au sujet des seuils d’immigration et des tests de français et de valeurs qu’il veut imposer aux nouveaux venus.  

M. Legault estime que le front commun des provinces en faveur de l’immigration économique va l’«aider» dans ses discussions avec Ottawa.

«On a le support de toutes les provinces et les territoires pour appuyer un changement quand même important, on parle au Québec de passer de 58 à 65 pour cent, et dans le Canada de passer de 55 à 65 pour cent, et l’appui de provinces importantes, entre autres Doug Ford, Jason Kenney, donc des provinces qui comptent», a-t-il déclaré en mêlée de presse.

À VOIR: l’explication derrière les trop-perçus d’Hydro-Québec