NOUVELLES
22/07/2019 18:30 EDT | Actualisé 22/07/2019 18:32 EDT

Las Vegas: Ronaldo ne fera pas l'objet d'accusations criminelles

Le principal procureur de la ville a déclaré avoir examiné une nouvelle enquête de police et déterminé que les allégations ne pouvaient être prouvées au-delà de tout doute raisonnable.

Eurasia Sport Images via Getty Images
Ronaldo en action durant un match à Singapour, le 21 juillet 2019.

LAS VEGAS — Cristiano Ronaldo ne fera pas l’objet d’accusations criminelles après qu’une femme ait accusé la star du football de l’avoir violée dans sa suite dans un complexe hôtelier de Las Vegas il y a plus de 10 ans, a annoncé lundi le principal procureur de la ville.

Le procureur du comté de Clark, Steve Wolfson, a déclaré avoir examiné une nouvelle enquête de police et déterminé que les allégations de Kathryn Mayorga ne pouvaient être prouvées au-delà de tout doute raisonnable.

«Par conséquent, aucune accusation ne sera portée», a déclaré Wolfson, dans un communiqué.

L’avocat de Ronaldo, Peter Christiansen, n’était pas disponible pour commenter dans l’immédiat. Christiansen a déclaré que Ronaldo et Mayorga avaient eu des relations sexuelles consensuelles en 2009. Il a nié le viol.

Les avocats de Mayorga, ancienne mannequin et professeure, n’ont pas immédiatement répondu aux messages téléphoniques, textos et électroniques.

L’Associated Press ne nomme généralement pas les personnes qui se disent victimes d’agression sexuelle. Mayorga a donné son accord par l’intermédiaire de ses avocats pour que son nom soit rendu public.

Une poursuite est en cours contre Ronaldo devant un tribunal américain de Las Vegas où Mayorga accuse Ronaldo ou ses collaborateurs de complot, de diffamation, de rupture de contrat, de contrainte et de fraude. La poursuite dit qu’ils ont permis que les termes d’un accord financier confidentiel avec Mayorga soient rendus publics.

L’avocat de Mayorga, Leslie Mark Stovall, a reconnu que Mayorga avait reçu 375 000 $ de fonds de fortune après la rencontre. Il a affirmé que cet accord avait été conclu sous la pression de personnes «intermédiaires» essayant de protéger la réputation de Ronaldo.

La poursuite cherche à annuler l’accord et à collecter au moins 200 000 $ de plus de la vedette de Juventus.

Mayorga a subi un examen médical pour rassembler des preuves ADN peu de temps après que Ronaldo l’aurait agressée, en juin 2009. Elle a de nouveau parlé à la police pour la nouvelle enquête. Les autorités ont obtenu cette année un échantillon de l’ADN de Ronaldo par l’intermédiaire des autorités italiennes.

La police a déclaré que l’enquête initiale avait été clôturée en 2009 parce que Mme Mayorga avait identifié son agresseur comme étant un footballeur européen, et non par son nom, et qu’elle n’avait pas précisé où elle affirmait que le viol aurait eu lieu.

L’enquête a été rouverte l’année dernière à la demande de ses avocats, peu de temps avant l’action en justice contre Ronaldo.

À VOIR AUSSI: