POLITIQUE
11/09/2019 13:48 EDT | Actualisé 11/09/2019 13:49 EDT

Jagmeet Singh lance la campagne du NPD en s'attaquant au coût de la vie

Le chef du NPD a choisi de lancer sa campagne à London, en Ontario.

Adrian Wyld/La Presse canadienne
Le chef du NPD, Jagmeet Singh

OTTAWA – Le chef du Nouveau parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, a donné le coup d’envoi à la campagne électorale de sa formation politique dans le sud de l’Ontario, mercredi matin, en promettant de s’attaquer aux coûts des médicaments et des soins de santé, en plus de lutter contre les changements climatiques et de faire payer les grandes entreprises et les plus riches.

Quelques minutes après la visite du premier ministre Justin Trudeau à la résidence de la gouverneure générale Julie Payette à Ottawa, Jagmeet Singh s’est présenté devant les médias à London, en Ontario.

Le chef du NPD a formulé ses premières attaques de la campagne en dénonçant la croissance des coûts des médicaments, des forfaits de téléphonie cellulaire, des connexions internet et du logement au pays. Il a mis en cause l’avarice des grandes entreprises avant d’accuser Justin Trudeau et les libéraux d’avoir failli à leur promesse d’améliorer les conditions de vie de la classe moyenne.

Ressources limitées

Il reste que le NPD plonge dans cette nouvelle campagne avec des ressources limitées, après plusieurs années de collectes de fonds décevantes et la perte de nombreux députés ayant préféré quitter la vie politique.

Plusieurs questions planent également au-dessus de l’électorat québécois, alors que l’on se demande comment le Québec va répondre à la candidature de Jagmeet Singh en tant qu’aspirant premier ministre du Canada. Il est le premier politicien appartenant à une minorité visible à diriger un parti fédéral pendant une élection générale.

Comme le Québec a été la clé de la performance surprise du NPD en 2011 et que la province a aussi permis au parti de gauche de faire élire plusieurs députés en 2015, la perception des Québécois pourrait faire une grande différence pour le parti.

Le NPD doit par ailleurs faire face à la montée du Parti vert, qui se retrouve au coude-à-coude avec les “oranges” selon plusieurs sondages d’opinion.