En quoi le lait végétal est-il meilleur?

Voici pourquoi vous devriez au moins l'essayer.

C’est le breuvage de l’heure. Les boissons végétales remplacent de plus en plus le lait traditionnel et s’invitent dans nos smoothies, nos céréales et nos cafés. Mais les connaissez-vous vraiment et représentent-elles vraiment un meilleur choix?

C’est quoi du lait végétal?

D’abord, on ne peut pas appeler ça du «lait» en vertu de la réglementation canadienne, mais bien une boisson végétale. Les variétés les plus communes sont faites à base de riz, soya, avoine, chanvre, coco, amande, cajou, ou épeautre. Le but : plaire aux personnes intolérantes ou allergiques au lactose ainsi qu’aux véganes, qui ne consomment aucun produit d’origine animale.

Pour le produire, le grain, la noix ou le fruit sont en fait transformés de diverses manières, soit par trempage ou par décomposition - une innovation de la marque de boissons végétales Elmhurst - dans une solution à base d’eau.

Meilleur pour l’environnement?

Les boissons végétales sont en effet plus écolos que le lait de vache, du fait que beaucoup moins d’eau douce est nécessaire à la production. En gros, l’animal boit beaucoup plus que les grains, noix et légumineuses.

Parmi les options les plus vertes, on note le lait de soja, puisque la légumineuse nécessite peu d’eau, selon une étude de l’Université Oxford, et est également la quatrième semence la plus cultivée au Canada. Ainsi, si on choisit une boisson de soja locale, la distance entre le producteur et le consommateur est courte, et donc l’empreinte carbonique liée au transport moindre. On encourage en plus l’économie locale.

Le lait d’avoine est également une bonne option puisque la culture exige une quantité raisonnable d’eau, beaucoup moins que l’amande, par exemple.

Meilleur pour la santé?

Pas tout le temps, tranche la célèbre nutritionniste Julie DesGroseilliers dans sa récente bible nutritionnelle, La jungle alimentaire. «Bien souvent, elles s’apparentent à une eau sucrée plutôt qu’à une boisson nutritive», écrit-elle, en conseillant de bien lire les informations nutritionnelles sur la boîte.

La jungle alimentaire, Les Éditions LaPresse, 272 pages, 36,95$
La jungle alimentaire, Les Éditions LaPresse, 272 pages, 36,95$

Selon elle, il faut préférer des boissons sur lesquelles il est écrit : «enrichie en nutriments», signifiant que le fabricant a ajouté à son produit une quantité (non excessive) de vitamines et minéraux afin d’en fournir suffisamment aux consommateurs.

On ne doit pas négliger la teneur en protéines, généralement entre 0g et 8g pour les boissons végétales, surtout lorsqu’on s’en sert pour remplacer le lait dans un repas maigre en protéines. Plus il y a de protéines, plus on se sent rassasié. «Les boissons de soya et de pois représentent généralement les boissons végétales les plus riches en protéines», indique la nutritionniste.

Il faut également garder à l’oeil la teneur en sucre et en lipides. On privilégie les boissons sans sucre ajouté ou «nature» et non celles qui sont aromatisées au chocolat ou à la vanille par exemple. Ça devient alors un dessert ou un complément énergique à consommer avant une activité physique. Pour ce qui est des lipides, on devrait se limiter à 5 g (max 7% de la valeur quotidienne), et donc éviter les «laits» enrichis d’huile, selon Julie DesGroseilliers.

Meilleur au goût?

C’est très personnel. Mais après avoir testé plusieurs boissons végétales, l’équipe du HuffPost Québec a préféré le lait d’avoine pour sa versatilité. Son goût très subtil, moins amer que le soja, et sa texture laiteuse appelaient au deuxième verre, même nature. Il est aussi souvent le favori des baristas puisqu’il se mousse facilement, facteur essentiel à la préparation de nos délicieux lattés.

DEUX PRODUITS CHOUCHOUS :

Earth’s Own - Boisson d’avoine biologique non sucrée

C’est ce produit qui nous a convertis aux boissons végétales. Produit au Canada, certifié biologique, sans OGM, sans agent de conservation ni produit artificiel, il ne contient que quatre ingrédients : de l’eau, de l’avoine, du sel de mer et de l’amylase, un enzyme naturel.

Son goût est tout simplement divin. L’avoine est présente, mais pas trop, et rappelle celui d’un réconfortant gruau matinal, nous permettant de le mêler aisément à la plupart de nos plats, sans altérer leur goût. Envie d’une texture plus crémeuse? Essayez leurs nouvelles «Édition Café» et «Édition Culinaire», tout aussi délicieuses, mais enrichies d’additifs comme des gommes pour obtenir une texture plus épaisse.

On applaudit sinon le fait que leur avoine pousse chez nous et n’est qu’arrosé qu’avec de l’eau de pluie.

6,49$ pour 1,75L. / 3,99 et 4,99$ pour les éditions crémeuses - Disponible chez Metro et Provigo

Elmhurst - Boisson d’avoine non sucrée

Ce produit d’exception vient d’arriver sur nos tablettes. Pourquoi si génial? Elmhurst propose une technologie unique et brevetée nommée HydroRelease qui permet de décomposer la noix, la céréale ou le grain entier en graisses, vitamines et minéraux qui les composent, puis de les laisser se reconstituer en «lait» crémeux. Ainsi, la boisson renferme plus de bienfaits nutritionnels tirés du grain. Pour chaque portion d’une tasse, on consomme 20 grammes de grains entiers.

Le produit ne comprend que trois ingrédients : eau, avoine entière et sel. Pas de gomme, ni stabilisant, épaississant ou émulsifiant. Pourtant, sa texture rappelle celle d’un lait 3,25% de mg ou moitié, moitié. Il est donc délicieux dans un café. Ici aussi, les notes d’avoines demeures délicates.

Elmhurst propose en plus pas moins de 25 boissons végétales allant du lait de noisettes au crémières arômatisées, en passant par des éditions barista qui se moussent à merveille.

6,99$ pour 946ml - Disponible dans quelques épiceries et sur Nature Santé