POLITIQUE
28/11/2019 07:57 EST | Actualisé 28/11/2019 07:58 EST

Loi sur la laïcité: le Manitoba tente d'attirer des fonctionnaires québécois

«Nous n’avons pas une police de l’habillement» au Manitoba, a déclaré le premier ministre Brian Pallister.

Candace Elliott / Reuters
Photo d'archives de Brian Pallister.

Le gouvernement manitobain a acheté des publicités dans les journaux et les médias numériques au Québec pour inviter les fonctionnaires de la province à déménager au Manitoba s’ils se sentent menacés par l’interdiction de porter un symbole religieux sur leur lieu de travail.

Les publicités, qui doivent commencer à être diffusées jeudi, sont la plus récente critique publique de la loi par le premier ministre Brian Pallister, qui a fait part de son opposition lors de rencontres avec ses homologues provinciaux.

“Ici au Manitoba, nous respectons la diversité”, a déclaré M. Pallister mercredi dans une entrevue accordée à La Presse canadienne.

“Nous respectons les libertés et les droits de la personne, et nous n’avons pas une police de l’habillement.”

La loi québécoise interdit à certains fonctionnaires, y compris les enseignants et les policiers, de porter des symboles religieux tels que le hijab pour les femmes musulmanes et la kippa pour les hommes juifs sur leur lieu de travail.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a martelé que la loi est un moyen légitime d’assurer la laïcité du secteur public. Il a soutenu que la loi recueillait l’appui d’une majorité de Québécois.

M. Pallister a expliqué que le Manitoba manque d’employés bilingues dans certains secteurs de la fonction publique. Les publicités mentionnent 21 raisons d’envisager de déménager au Manitoba - en référence au projet de loi 21 au Québec avant qu’il ne devienne loi.

Le budget alloué à cette première vague de publicités est d’environ 20 000 $, a révélé le premier ministre manitobain, lequel pourrait être bonifié selon la réponse à la démarche.

Est-il préoccupé par la possibilité d’irriter le gouvernement du Québec?

Trop tard. Je comprends que le premier ministre se sent tout à fait en droit, au Québec, d’aller de l’avant avec une mesure populaire. Je ne trouve pas cela... bien. Peu importe si c’est populaire ou non.Brian Pallister

En juillet, celui-ci avait écrit aux ordres et associations professionnelles afin d’inviter les fonctionnaires à migrer vers l’ouest, mais personne n’a répondu à l’appel.

Mercredi, son gouvernement progressiste-conservateur a fait un pas de plus en adoptant une résolution pour condamner la loi québécoise sur la laïcité de l’État.

À voir: des citoyens poursuivent leur combat contre la Loi sur la laïcité