POLITIQUE
11/09/2019 13:22 EDT

Laïcité: Justin Trudeau promet de surveiller de près le processus judiciaire

Il n’a pas l’intention de contester la constitutionnalité de la loi québécoise, pour l'instant.

Patrick Doyle / Reuters

OTTAWA - Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas l’intention de contester la constitutionnalité de la loi québécoise sur la laïcité devant les tribunaux - pour l’instant.

Même s’il se dit “tout à fait en désaccord” avec cette loi, M. Trudeau estime qu’il serait “contreproductif” que le gouvernement fédéral s’en mêle à ce stade-ci. Il a fait ces commentaires devant la résidence de la gouverneure générale quelques minutes après le déclenchement de la campagne électorale.

Il promet de surveiller de près le processus judiciaire et prendra sa décision vraisemblablement au courant d’un deuxième mandat, s’il est réélu.

La Loi sur la laïcité de l’État - connue avant son adoption comme le projet de loi 21 - interdit le port de signes religieux à certains employés de l’État lorsqu’ils sont dans l’exercice de leurs fonctions, dont les policiers, les procureurs de la Couronne et les gardiens de prison, ainsi qu’aux enseignants des écoles publiques du primaire et du secondaire.

Des Québécois ont déjà entamé des recours judiciaires pour tenter d’invalider la loi.

À la mi-juillet, un juge de la Cour supérieure a rejeté la demande de groupes de défense des libertés civiles et religieuses qui réclamaient la suspension de la Loi sur la laïcité de l’État. Le juge Michel Yergeau avait alors tranché que la loi continuerait de s’appliquer jusqu’à ce qu’un tribunal se prononce sur le fond de l’affaire.

En août, la Cour d’appel du Québec a accepté de se pencher sur la demande d’injonction.

À voir: des citoyens poursuivent leur combat contre la Loi sur la laïcité