DIVERTISSEMENT
18/07/2019 09:03 EDT

«Joyeux Calvaire» hommage poétique du Cirque du Soleil aux Cowboys Fringants

Acrobaties défiant les lois de la gravité, décors automnaux et mélodies mythiques savamment revisitées...

Cirque du Soleil

Les chansons des Cowboys Fringants ne résonneront plus de la même façon désormais pour les spectateurs du poétique hommage que leur livre le Cirque du Soleil. Avec Joyeux Calvaire, ce sont les petites histoires dans la grande histoire vieille de plus de deux décennies des Cowboys qui nous sont racontées; à grands coups de numéros d’acrobaties défiant les lois de la gravité, de danses enlevantes, de décors automnaux et de mélodies mythiques ou moins connues savamment revisitées.  

Cirque du Soleil

Danser, virevolter et chanter

Une forêt, des personnages dissimulés derrière, un pont en bois, une petite rivière puis les premières notes des chansons Break syndical, puis Les hirondelles au-dessus desquels allait voler une trapéziste aux longs cheveux bouclés : le duo de numéros d’ouverture de Joyeux Calvaire laissait déjà présager un spectacle sensible, imagé et enveloppant. 

Ces premiers frissons et ce sourire béat, ils allaient être ressentis à nouveau et à maintes reprises au fil de ce qui constitue le cinquième opus de la série hommage présenté pour la toute première fois au théâtre Cogeco de Trois-Rivières. Car, bien que souvent très impressionnants, les numéros habilement mis en scène par Jean-Guy Legault se sont surtout faits porteurs d’une grande beauté et d’une équivalente douceur.  

Sur scène, les 27 artistes provenant de partout à travers le monde étaient devenus des personnages théâtraux messagers d’une histoire fragmentée. Des fragments comme autant de chansons joliment remaniées d’un des groupes québécois chouchous au succès défiant les années. 

Devant nous, des artistes de cirque évidemment, mais aussi sept extraordinaires danseurs - originaires de Trois-Rivières! – à deux doigts de voler la vedette aux acrobates, trapézistes et autres artistes de cirque à chacune de leurs apparitions. Chapeau donc, à ces danseurs à l’intensité remarquable pour cette chorégraphie d’allure robotique sur la pièce Le gars d’la compagnie, et ce numéro digne des grandes comédies musicales de Broadway livré les deux pieds dans l’eau sur la pièce Droit devant.

Cirque du Soleil

Des succès, mais aussi beaucoup de pièces méconnues

Si la quinzaine de tableaux constituant Joyeux Calvaire ont tous su toucher les cœurs à leur manière, certains allaient s’y tailler une place bien particulière. Ce fut le cas des quatre numéros mettant en scène des couples qu’on aurait souhaité ne jamais voir se défaire. Le premier lors d’un magnifique numéro de cadre russe enveloppé des notes et des paroles de la jolie Bye Bye Lou (où les yeux bandés de la belle se sont faits métaphore de la plus incroyable des confiances en l’être aimé). Le second d’acrobatie dite «de main à main», physiquement époustouflant, sur la populaire Toune d’automne. Le troisième numéro tout en volupté de corde pendule sur la pièce Plus rien, puis le dernier de sangles aériennes semblant mettre des images sur les paroles de la chanson Les étoiles filantes

Doux aussi pour l’âme que l’envolée de cet artiste de bungee-sangles planant au-dessus de la foule sur la mélodie mélancolique de La tête haute, ou encore le numéro de hula hoops à saveur hautement poétique d’une artiste superbe et sensuelle à la chevelure vermeille sur Pub Royal

Un saisissant numéro de barre russe sur Joyeux Calvaire!, une mise en scène enlevante et des artistes de disciplines variées pour La manifestation, un clown éternellement maladroit tentant de contrôler son unicycle sur la moins connue La dévisse, un homme tournant au gré de sa roue Cyr sur la pièce Pizza Galaxie, et une finale ahurissante alliant sauts, plongeons et cascades depuis les barres fixes pour Par chez nous; l’incursion dans l’univers imaginé des Cowboys Fringants s’était donné des airs de songes. Des songes truffés de personnages colorés qui refont leur monde au rythme de paroles magnifiées par tant de grâce, de talent et de beauté.  

Joyeux Calvaire est présenté à l’Amphithéâtre extérieur Cogeco jusqu’au 17 août.