TÉMOIGNAGES
09/12/2019 11:34 EST

Je reconstruis mon rapport à la sexualité après avoir été agressée dans l'enfance

Les bases de ma sexualité ont été posées dans d’atroces circonstances. Depuis, j’ai évolué, mais je m’efforce tous les jours de me rappeler que je mérite d’être aimée.

HuffPost UK

Quand j’étais enfant, j’ai été violée pendant trois ans. Toute petite, on m’a dépossédée de mon intégrité physique et les bases de ma sexualité ont été jetées avant même que je consente à un acte sexuel.

Les sévices sexuels pendant l’enfance ont des effets sur beaucoup d’aspects de la vie de la victime et persistent à l’âge adulte. Bien après les faits, ce que mon agresseur m’a infligé continue de me hanter.

Ce que j’ai vécu a altéré à tout jamais ma sexualité et mon estime de moi, et cela fait des années que je travaille à les restaurer. Mon agresseur m’a conditionnée à rester passive en toutes circonstances et j’ai eu du mal à me débarrasser de cette impassibilité dans ma vie sexuelle. On m’a aussi fait croire que je contrôlais, dans une certaine mesure, les attouchements subis. Par conséquent, j’ai estimé que j’étais responsable de tout quand ils ont subitement cessé. Ce conditionnement de plusieurs années m’a rendue sujette à la manipulation et dépendante de l’approbation masculine.

Mais j’ai pris les maltraitances passées à contre-pied et trouvé un chemin vers la guérison à travers le plaisir solitaire.

À l’adolescence, je n’étais pas armée pour aborder la notion d’intimité sexuelle. Je savais en quoi consistaient les rapports du point de vue purement physique, mais pas qu’ils étaient censés aller de pair avec des émotions ou que le respect mutuel était essentiel. Pire, je n’avais aucune idée de ce qu’est le consentement. Tout ce qu’on m’avait appris, c’est obéir aux caprices des hommes.

Je n’avais aucune idée de ce qu’est le consentement. Tout ce qu’on m’avait appris, c’est obéir aux caprices des hommes.

Je me suis oubliée dans une série de situations sexuellement dangereuses. Je sacrifiais mon bien-être pour le plaisir des autres, j’acceptais les avances d’hommes bien plus âgés, et j’adoptais sans cesse une attitude d’objet sexuel.

La seule explication que je trouve à ma façon d’être se résume au rôle que j’endosse au lit, ce que j’appelle le “mode prostituée” depuis que j’ai vu Pretty Woman, où Julia Roberts explique l’état d’esprit qu’elle adopte quand elle doit coucher avec un client. Cette scène m’a plus parlé que n’importe quelle comédie romantique pour ados.

Pendant des années, j’ai été prise dans un cercle vicieux de chaos sexuel; lors de ma première relation amoureuse, j’ai eu un mal fou à associer émotions et intimité. L’intimité sexuelle me procurait du plaisir, mais j’étais imperméable aux sentiments.

Grâce à un gros travail thérapeutique, j’ai commencé à reconnecter l’intimité avec le sentiment amoureux et enfin pu ressentir des choses lors des rapports sexuels. Mais je n’étais qu’au début de mon cheminement. J’ai dû apprendre à avancer avec mon esprit traumatisé plutôt que de me battre contre lui, et je me suis confrontée au détachement affectif qui m’empêchait de m’abandonner aux sentiments dans un contexte sexuel. Aujourd’hui encore, j’y travaille tous les jours.

Outre la honte d’avoir subi des sévices sexuels, j’étais profondément gênée par ma libido effrénée, conséquence bien connue des maltraitances sexuelles durant l’enfance. J’étais terrifiée par ma propre sexualité.

Pour me [réapproprier mon corps], j’ai dû apprendre à me respecter et arrêter de le considérer comme une chose faite pour le plaisir des autres. Le seul moyen de m’engager dans cette voie, c’était l’auto-érotisme.

À cause des abus, je me suis sentie dépossédée de mon corps. Je me voyais comme un objet avant d’être une femme. Pour me le réapproprier, j’ai dû apprendre à me respecter et arrêter de le considérer comme une chose faite pour le plaisir des autres. Le seul moyen de m’engager dans cette voie, c’était l’auto-érotisme.

Après des années à faire passer le plaisir de mes partenaires avant le mien, j’avais besoin de découvrir le plaisir pour soi. J’ai pris beaucoup de temps, seule, à explorer et identifier ce que j’aimais. Je me suis laissée aller à la masturbation et j’ai peu à peu découvert ce qui me faisait de l’effet.

Ce processus m’a aidée à comprendre mon corps et à me l’approprier. En développant ma sexualité, j’ai enfin appris à faire l’amour en toute liberté et en me respectant. Malgré cela, aujourd’hui encore, je dois rester très attentive à ce que je ressens pendant les rapports sexuels pour ne pas retomber dans la dissociation.

Si cette vigilance de chaque instant peut sembler aliénante, sachez que je me sens plus libérée que jamais dans ma sexualité. J’arrive à apprécier la puissante combinaison du sexe et des sentiments, et je comprends enfin pourquoi l’amour et le sexe vont de pair. Faire l’amour est un acte beau et fort, et je me sens chanceuse de pouvoir le vivre de façon saine. Tous les jours, je me bats pour cela et je ne le prendrai jamais pour acquis.

En me réappropriant ma sexualité, j’ai aussi gagné en confiance dans tous les autres domaines de la vie. Sachant le combat que je mène dans ma tête au quotidien, je suis convaincue de pouvoir affronter n’importe quelle épreuve.

Se remettre d’un traumatisme sexuel, quel qu’il soit, n’est jamais une mince affaire. Le traumatisme ne disparaît pas du jour au lendemain.

Et puis, un jour, j’ai rencontré un homme qui a totalement bouleversé l’image que j’avais de moi-même. Il m’a poussée, avec douceur, à surmonter un obstacle que je ne voyais même pas. Avec lui, j’ai pleinement accepté mon corps et enfin découvert ce que cela fait de se sentir sexy. C’était le premier partenaire qui voulait réellement me donner du plaisir plutôt que de m’utiliser pour sa propre satisfaction. Avec son aide, j’ai pu exploiter tout ce que ma sexualité avait à m’offrir, et ça m’a aidée à guérir beaucoup de blessures.

Je vis avec un symptôme de stress post-traumatique complexe et j’ai des cauchemars tellement terrifiants que je repousse l’heure du coucher pour les éviter. Mais je progresse, sachant que se remettre d’un traumatisme sexuel, quel qu’il soit, n’est jamais une mince affaire. Le traumatisme ne disparaît pas du jour au lendemain. Alors, tant que je suis obligée de faire un travail psychologique quotidien, la masturbation reste essentielle à ma survie.

Chaque fois que je sens que je me détache de la réalité, j’utilise l’auto-érotisme pour m’ancrer dans le moment présent et relier mon corps à mon esprit. Et les jours où c’est particulièrement dur, je me regarde dans un miroir et me redis que je suis plus forte que les maltraitances sexuelles, que je mérite d’être aimée, que je suis une femme forte, indépendante et pleine de ressources. J’ai survécu aux abus sexuels et je n’ai pas honte.

Je n’aurai plus jamais honte.

Cet article, paru initalement sur le HuffPost Royaume-Uni, a été traduit par Valeriya Macogon pour Fast ForWord, pour le HuffPost France.