NOUVELLES
26/09/2019 07:01 EDT | Actualisé 26/09/2019 08:53 EDT

L'ancien président français Jacques Chirac s'est éteint

Il a été président de la République française de 1995 à 2007.

L’ancien président de la République française Jacques Chirac s’est éteint à l’âge de 86 ans.

«Nous venons d’apprendre le décès de Monsieur Jacques Chirac, je vous demande de bien vouloir, en hommage à sa mémoire, observer une minute de silence», a déclaré le président de l’Assemblée nationale française jeudi.

Victime d’un premier accident vasculaire cérébral en 2005, sa santé avait décliné au cours des dernières années. Il avait été hospitalisé en décembre 2015 pour affaiblissement et il retournait à l’hôpital en septembre 2016 à la suite d’une infection pulmonaire. Certaines personnalités, comme Christine Boutin, avaient même annoncé sa mort.

Né le 29 novembre 1932 à Paris, il est trop jeune pour participer à la Résistance contre l’occupant nazi. Après avoir épousé Bernadette Chodron de Coursel, il intègre l’École nationale d’administration (ÉNA) où il se convertit au gaullisme.

M. Chirac devra beaucoup à Georges Pompidou. Alors premier ministre, celui-ci l’engage au sein de son cabinet. Dès lors, son ascension est fulgurante. Il traînera longtemps l’image d’arriviste prêt à tout pour aider les maîtres du jour. Il sera même caricaturé comme tel dans une aventure d’Astérix, «Astérix et Compagnie», où il personnifie le méchant de service, Caius Saugrenus.

Élu député en 1967, il occupe successivement le secrétariat d’État aux Affaires sociales — où il mène des négociations secrètes avec la puissante centrale syndicale CGT en mai 1968 —, le secrétariat d’État à l’Économie et aux Finances (1968-1971), le ministère des Relations avec le Parlement (1971-1972), avant de s’imposer au ministère de l’Agriculture (1972-1974).

Mais à 42 ans, il a pour ambition le poste de premier ministre. Et pour y arriver, il trahira celui qu’il aurait dû normalement appuyer, Jacques Chaban-Delmas, au profit de celui qui deviendra président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, en 1974. Juste récompense, celui-ci le nomme à Matignon, dont il finira par claquer la porte avec fracas, deux ans plus tard.

À partir de ce moment, il vise la magistrature suprême. S’étant constitué en 1976 une machine de guerre, le Rassemblement pour la République (RPR), il est élu maire de Paris en 1977, poste qu’il n’abandonnera qu’en 1995 lorsqu’il aura atteint l’Élysée.

Dans les années 1980, il se voit barrer la route de l’Élysée à deux reprises par le socialiste François Mitterrand. La deuxième fois, il affronte le président alors que lui-même est le premier ministre de cohabitation.

Il tente de nouveau sa chance en 1995. Trahi par celui qu’il avait installé à Matignon à sa place, Édouard Balladur, il doit mener campagne tambour battant, cherchant même à rallier les voix d’une certaine gauche. Contre toute attente, la stratégie fonctionne et il est élu au détriment du socialiste Lionel Jospin, récoltant 52,6 pour cent des voix.

Les Français seront vite déçus: élu pour lutter contre la «fracture sociale», Jacques Chirac prend très vite le tournant de la rigueur, au nom de l’entrée dans l’euro. En décembre 1995, le plan Juppé de réforme de la «Sécu» pousse des millions de Français dans la rue. Le divorce est consommé.

En 1997, le président décide de dissoudre l’Assemblée nationale et propulse du même coup Lionel Jospin à Matignon.

La bourde est monumentale, mais l’animal politique bouge encore. Et c’est un tremblement de terre politique qui lui donne sa deuxième chance. Le 21 avril 2002, le président du Front national Jean-Marie Le Pen se qualifie pour le second tour de la présidentielle. Jacques Chirac est réélu avec 82 pour cent des suffrages.

Il connaît ensuite une lune de miel avec les Français lorsqu’il s’oppose à la guerre américaine en Irak au début de 2003. Mais, très vite, le climat politique se gâte. Malgré un premier camouflet aux élections régionales de 2004, il décide de consulter les Français par référendum sur la Constitution européenne. La réponse tombe le 29 mai 2005: c’est «non».

La page chiraquienne se tourne en 2007 lorsqu’il apporte «tout naturellement» son soutien à Nicolas Sarkozy, un homme qu’il ne porte pourtant pas dans son coeur. Cinq ans plus tard, il se déclarera favorable à la candidature du socialiste François Hollande contre M. Sarkozy. Sincérité? Boutade? Personne ne semble réellement le savoir.

Refusant l’inactivité, l’ancien président lance en juin 2008 la Fondation Chirac pour la diversité des cultures et le développement durable.

Après son retrait de la scène politique, les «scandales» le rattrapent. En 2011, il est condamné à deux ans de prison avec sursis pour avoir donné des emplois de complaisance à la Ville de Paris quand il était maire de la capitale. Jacques Chirac dit contester «catégoriquement le verdict», mais il ne fera pas appel.

En septembre 2016, le nom de Jacques Chirac est ajouté au musée du Quai Branly, consacré aux Arts premiers, qu’il avait contribué à créer.