POLITIQUE
04/05/2020 12:34 EDT | Actualisé 05/05/2020 07:16 EDT

Industrie aérienne: Trudeau promet une aide ciblée mais pas maintenant

«On avait une industrie aérienne extrêmement forte et compétitive avant cette pandémie et on va en avoir une après cette pandémie», a-t-il déclaré, confiant.

Le gouvernement fédéral envisage une aide ciblée à certains secteurs, comme les industries touristique, pétrolière ou aérienne, mais pas pour tout de suite.

Le premier ministre Justin Trudeau l’a répété lundi, quelques heures après l’annonce par Air Canada d’une perte nette de 1,05 milliard $ pour les trois premiers mois de l’année.

“On avait une industrie aérienne extrêmement forte et compétitive avant cette pandémie et on va en avoir une après cette pandémie”, a déclaré, confiant, le premier ministre.

“On va aider de façon plus spécifique différentes industries qui sont durement touchées par cette pandémie, comme l’industrie aérienne, mais pour l’instant, la subvention salariale et la PCU (prestation canadienne d’urgence) font un gros travail pour aider les Canadiens”, a-t-il ajouté.

Le premier ministre n’est pas non plus prêt à se pencher sur les mesures de transition qui viendront après la PCU et la subvention salariale.

“Pour l’instant, on est encore concentré sur le besoin d’appuyer, d’aider les gens pendant que l’économie est encore fermée. Mais toutes ces questions de réouverture et de retour graduel au travail vont devoir faire l’objet de bien des discussions avec les provinces, avec les secteurs”, a dit M. Trudeau.

EN VIDÉO: la conférence de presse de Trudeau

Des millions de prestataires

Ils sont maintenant 7,3 millions de Canadiens à avoir reçu un ou deux versements de la PCU.

Ottawa a également compté 1,7 million de travailleurs, dans 96 000 entreprises, qui bénéficieront de la subvention salariale de 75 % demandée par leurs employeurs. Il n’est pas encore clair combien de ces travailleurs migreront de la PCU et auront donc à rembourser les prestations reçues lorsqu’ils retrouveront leur salaire ou au moins 75 % de celui-ci.

La PCU pour étudiants (PCUE) n’est pas encore mise en place. Lorsqu’elle le sera, les étudiants y auront accès une fois leur année scolaire terminée, a expliqué le président du Conseil du trésor, Jean-Yves Duclos.

Pour les étudiants québécois des cégeps, dont la session a été allongée en raison de la pandémie, ce ne sera qu’en juin qu’ils pourront demander la prestation, s’ils ne trouvent pas d’emploi d’été. Ce ne sera donc pas quatre, mais trois mois d’aide financière qu’Ottawa leur offrira.

Les étudiants qui quittent les écoles secondaires du pays pour continuer leurs études dans les collèges ou les universités pourront demander l’aide seulement pour juillet et août.

Seuls les étudiants universitaires pourront profiter des quatre mois de PCUE.

Appel aux dons de l’Union européenne

Les dirigeants du monde participaient lundi matin à un appel aux dons lancé par l’Union européenne pour combattre la COVID-19. L’objectif: amasser 7,5 milliards d’euros. En fin de journée, 7,4 milliards d’euros avaient été promis.

Le premier ministre Trudeau a livré un court discours, de chez lui, pendant la réunion virtuelle. Il s’est contenté de rappeler l’effort déjà fourni par son gouvernement, soit 850 millions $.

“Le Canada fait sa part”, a-t-il dit, notant que la contribution canadienne finance la recherche faite au Canada et ailleurs dans le monde.

“Le Canada (est) si fier de participer au niveau de 850 millions $ avec des investissements surtout chez nous, mais aussi un peu à l’international, pour démontrer qu’on fait partie de cette approche à trouver une solution globale”, a-t-il ajouté lorsqu’il est apparu pour son point de presse, devant sa résidence, en fin d’avant-midi.

Faux cas au Nunavut

Après vérification, il y a eu erreur dans le diagnostic du seul et unique cas au Nunavut.

La semaine dernière, l’annonce d’un malade de la COVID-19 dans le territoire avait surpris, étant donné l’isolement des lieux et toutes les précautions prises pour ne pas y importer le virus. Les résidants du Nunavut se soumettent à une quarantaine de 14 jours avant de prendre l’avion en direction de leur territoire.

Dr Michael Patterson, en charge de la santé publique au Nunavut, a expliqué lundi que ne voyant aucun cas de contagion à Pond Inlet, on avait examiné à nouveau l’échantillon prélevé. Et on a conclu qu’il n’y avait pas infection.

Nombre de cas

Il y a eu plus de 919 000 tests administrés au Canada jusqu’à maintenant. Un peu plus de 6,5 % d’entre eux ont détecté la maladie.

Les tests ont permis de déceler 60 772 cas confirmés ou probables dans l’ensemble du pays. La COVID-19 a provoqué la mort de 3854 Canadiens.

Distribution des cas au pays, selon les plus récents bilans provinciaux et territoriaux: 32 623 cas au Québec, dont 2280 décès; 17 923 cas en Ontario, dont 1300 décès; 5836 cas en Alberta, dont 104 décès; 2224 cas en Colombie-Britannique, dont 117 décès; 985 cas en Nouvelle-Écosse, dont 38 décès; 467 cas en Saskatchewan, dont six décès; 281 cas au Manitoba, dont six décès; 259 cas à Terre-Neuve-et-Labrador, dont trois décès; 118 cas au Nouveau-Brunswick, tous guéris; 27 cas à l’Île-du-Prince-Édouard, dont 25 guéris; 11 cas au Yukon, tous guéris; cinq cas dans les Territoires-du-Nord-Ouest, tous guéris; aucun cas au Nunavut.

À ces bilans provinciaux et territoriaux s’ajoutent les 13 cas, tous guéris, chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars.

À VOIR ÉGALEMENT: