NOUVELLES
11/11/2019 15:07 EST

Inde: un éléphant, surnommé «Ben Laden», capturé après avoir tué 5 villageois

Des responsables de la faune sauvage ont traqué l’animal pendant plusieurs jours dans la forêt en recourant à des drones et des éléphants domestiques.

Photo by STR/AFP via Getty Images
Un éléphant gît sur le sol après avoir été tranquillisé par les villageois, dans la division forestière de Rongjuli, dans l'Assam occidental, le 11 novembre 2019.

Un éléphant ayant causé la mort de cinq villageois et baptisé «Laden», d’après le nom de l’ancien chef d’Al-QaïdaOussama Ben Laden, a été capturé à l’issue d’une traque massive dans l’État d’Assam (nord-est de l’Inde), ont annoncé lundi des responsables.

Des responsables de la faune sauvage ont traqué l’animal pendant plusieurs jours dans la forêt en recourant à des drones et des éléphants domestiques.

«Nous avons procédé à la dernière étape aujourd’hui... Deux fléchettes» contenant des tranquillisants ont «été tirées par des spécialistes» pour parvenir à la capture de ce mâle, a indiqué à l’AFP un responsable de la forêt.

Il s’agit à présent «de déplacer l’éléphant vers une forêt où il n’y a pas d’habitations» occupées par des villageois à proximité, a-t-il ajouté.

L’éléphant avait tué cinq personnes, dont trois femmes, lorsqu’il avait saccagé pendant 24 heures, en octobre, le district de Goalpara.

Les responsables ont assuré qu’ils tiendraient compte du bien-être de l’éléphant et de la sécurité des personnes vivant à proximité des zones forestières lorsqu’ils choisiront le lieu où il sera transféré.

Près de 2300 personnes ont été tuées par des éléphants en Inde au cours des cinq dernières années, selon des chiffres officiels publiés en juin. Depuis 2011, 700 éléphants ont été tués, souvent dans des accidents consécutifs au rétrécissement de leur habitat naturel dû à la déforestation.

Les éléphants migrent souvent dans le district de Goalpara, les rencontres avec les hommes s’avérant parfois fatales.

Des éléphants ont été empoisonnés ou tués par balles par des habitants, tandis que d’autres ont péri électrocutés en heurtant des barrières électriques ou dans des accidents en franchissant les lignes ferroviaires au cours de leur migration.

À VOIR AUSSI: Au Botswana, la levée de l’interdiction de la chasse à l’éléphant divise