NOUVELLES
11/11/2019 14:30 EST

La Légion royale canadienne lance une île sur «Fortnite» pour commémorer l'Armistice

Cette carte sans combats offre de superbes images afin d'honorer les anciens combattants canadiens.

Les adeptes du très populaire jeu en ligne Fortnite ont été encouragés lundi a déposer les armes virtuelles pour commémorer l’Armistice dans une carte sans combats conçue avec les anciens combattants canadiens.

La Légion royale canadienne s’est associée à l’entreprise de marketing numérique Wunderman Thompson et au créateur de contenu Jadan Allen pour concevoir une ”île du souvenir” virtuelle pour ce jeu aux quelque 250 millions d’adeptes dans le monde.

Grâce à un code permettant d’accéder à la carte créée pour l’occasion, les joueurs peuvent ainsi explorer les tranchées de la Première Guerre mondiale, les plages du Débarquement ou les rangées d’un cimetière militaire canadien, toutes recréés à partir d’images d’archives.

YouTube/The Royal Canadian Legion
L'île du Souvenir sur «Fortnite» (YouTube/The Royal Canadian Legion)

L’objectif était d’atteindre un public plus jeune, déconnecté de l’histoire et des sacrifices des soldats. “Nous avons essayé de recréer ce que les soldats ont vécu”, déclaré à l’AFP Ari Elkouby, directeur artistique de Wunderman Thompson.

“Dans ces plateformes en ligne, la violence est constante mais fictive”, a-t-il ajouté. “Pour les soldats, à la guerre, la violence était bien réelle, ce n’était pas un jeu, et cette expérience permet de nous en rappeler. Ils se sont sacrifiés pour que nous puissions profiter de la vie et des jeux”.

Des milliers de personnes se sont réunies lundi à Ottawa autour du premier ministre Justin Trudeau pour une cérémonie officielle devant le monument aux morts du Canada.

“Aujourd’hui, nous remercions nos militaires, passés et présents, pour tout ce qu’ils ont fait pour assurer notre sécurité et celle des gens du monde entier”, a déclaré M. Trudeau dans une déclaration à l’occasion du 101e anniversaire de l’Armistice de 1918.

À VOIR AUSSI: Gamers, la rage de jouer