NOUVELLES
05/12/2019 15:50 EST

Plan stratégique: Hydro mise sur l'électrification et l'hydrogène

Au cours de la prochaine décennie, Hydro-Québec compte déployer 1600 bornes de recharge rapide destinées aux véhicules électriques.

Ryan Remiorz/La Presse canadienne
Photo d'archives.

MONTRÉAL — Hydro-Québec croit toujours pouvoir réaliser des profits de 5,2 milliards $ en 2030, une cible qui sera atteinte grâce notamment à des avenues de croissance comme l’électrification de l’économie et le secteur de l’hydrogène.

Ces éléments figurent dans le plan stratégique déposé jeudi par la société d’État, qui couvre la période s’échelonnant de 2020 à 2024. Le document dresse également un bilan des différents chantiers déployés au cours des dernières années.

Au cours de la prochaine décennie, Hydro-Québec compte déployer 1600 bornes de recharge rapide destinées aux véhicules électriques. En ce qui a trait à l’électrification, la société d’État attend le plan d’électrification et de changements climatiques qui doit être déposé au début de la prochaine année par le gouvernement Legault.

Du côté de l’hydrogène, Hydro-Québec croit pouvoir jouer un rôle en développant «l’hydrogène propre produit par électrolyse plutôt qu’à partir du méthane présent dans le gaz naturel».

La société d’État table sur un bénéfice net de 2,8 milliards $ en 2019 — une somme qui est presque totalement versée dans les coffres de l’État. Les profits devraient osciller entre 3,3 milliards $ et 4,2 milliards $ en 2024.

Le premier plan stratégique du président-directeur général Éric Martel, présenté en 2016, évoquait un retour à l’international pour Hydro-Québec. Aucune transaction n’a toutefois été réalisée même si «plusieurs projets» ont été analysés.

Néanmoins, les acquisitions demeurent dans les ambitions d’Hydro-Québec, qui n’écarte pas des «prises de participation» dans la province.

Par ailleurs, la société d’État, actuellement aux prises avec des surplus énergétiques, prendra une décision, au cours des prochaines années, sur le déploiement potentiel de nouveaux projets étant donné que l’électricité patrimoniale disponible diminuera graduellement.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il s’agira d’un nouveau barrage, puisque l’on pourrait considérer l’énergie éolienne ou solaire.

À voir: fraude associée au nom d’Hydro-Québec