POLITIQUE
27/10/2020 16:04 EDT

«On va passer un hiver plate», avertit Justin Trudeau

Il a prévenu qu'en plusieurs endroits, il serait difficile de se rassembler en famille à Noël.

“On va passer un hiver plate.”

C’est en ces termes que le premier ministre Justin Trudeau a décrit mardi la situation qui attend les Canadiens dans les prochains mois, alors que plusieurs sont frustrés par les restrictions et le confinement partiel dans certaines parties du pays.

La pandémie a déjà contrecarré les plans de certains enfants canadiens qui espéraient passer l’Halloween cette semaine. Noël, dans moins de deux mois, pourrait aussi être compromis.

“On va probablement, dans plusieurs parties du pays, ne pas pouvoir se rassembler avec nos familles même si on fait vraiment attention dans les semaines à venir”, a laissé tomber M. Trudeau, qui s’est empressé d’ajouter un “peut-être” plus timide à la fin de sa réponse.

Voyez ici la conférence:

 

Le premier ministre a fait ces commentaires alors que les plus grandes provinces canadiennes frôlent toujours les 1000 nouveaux cas de COVID-19 par jour. Mardi, le Québec a rapporté 963 nouveaux cas et 19 décès; l’Ontario a rapporté 827 nouveaux cas et quatre décès.

Le premier ministre a enjoint les Canadiens à continuer de suivre les directives de santé publique. Même si la situation semble se stabiliser, ce n’est pas le temps de laisser tomber sa garde, a-t-il renchéri lors d’une conférence de presse mardi midi.

“L’hiver s’en vient. La saison des grippes s’en vient. Ça ne va pas être facile”, a-t-il dit, avant de tenter de se faire rassurant. “Mais on va passer à travers en prenant soin les uns des autres, en étant là les uns pour les autres, en faisant notre part”, a-t-il ajouté.

Aide au logement

Municipalités et provinces auront bientôt accès à un milliard de dollars pour construire des milliers de logements abordables et ainsi lutter contre l’itinérance.

La nouvelle Initiative pour la création rapide de logements (ICRL) permettra de concevoir de nouveaux immeubles locatifs modulaires ou encore de convertir ou de rénover des bâtiments abandonnés ou en mauvais état pour en faire des logements abordables.

Elle sera divisée en deux volets: le volet “grandes villes” et le volet “projets”.

Sous le volet “grandes villes”, 15 grandes villes canadiennes _ où la demande est plus forte pour du logement abordable _ se partageront 500 millions $. La ville de Toronto remporte la part du lion, avec 203,3 millions $. Montréal et Québec auront droit à 56,8 millions $ et 7,1 millions $, respectivement.

Les autres 500 millions $ iront aux autres municipalités, aux provinces et aux territoires, ainsi que pour les organisations sans but lucratif et les corps dirigeants autochtones. Les demandes devront être présentées avant le 31 décembre 2020 et les projets devront être complétés dans les 12 mois suivant la signature d’une entente.

“L’annonce d’aujourd’hui s’inscrit dans notre engagement à éliminer l’itinérance chronique au Canada _ comme nous l’avons annoncé dans le discours du Trône _ tout en créant de bons emplois dans les secteurs du logement et de la construction”, s’est réjoui M. Trudeau.

La Fédération canadienne des municipalités estime avoir besoin de 12 000 unités de logements abordables à travers le pays pour pallier la crise du logement. L’initiative lancée mardi permettra d’en construire le quart, soit 3000 unités, dans un court laps de temps.