OPINION
13/11/2020 15:43 EST

Hausse des tarifs d’Hydro-Québec: trop, c’est trop!

Il est urgent que l’on reconnaisse que l'accès à l'énergie est un droit humain fondamental qui doit être protégé.

La Presse Canadienne/Ryan Remiorz
Hydro-Québec

C’est une bien mauvaise nouvelle que les consommateurs ont reçu cette semaine lorsque Hydro-Québec a annoncé une hausse de 1,3% des tarifs d’électricité pour 2021. Cette annonce arrive en pleine pandémie alors qu’on demande à la population de se confiner le plus possible, entre autres en privilégiant le télétravail et l’enseignement à distance. Or, pour bien des ménages, confinement signifie augmentation de la facture d’électricité, facture qu’ils peinent déjà à payer.

Comme organisme de défense des droits des consommateurs, nous négocions chaque année auprès d’Hydro-Québec des ententes pour des personnes en difficulté de paiement. Parmi celles-ci, on retrouve un grand nombre de ménages pauvres qui ont été durement frappés par les hausses de tarifs d’électricité des quinze dernières années. Chaque année, nous nous alarmons de voir augmenter les tarifs d’un service aussi essentiel que l’électricité. Dans le contexte difficile que nous connaissons, nous sommes particulièrement inquiets.

Un mois d’avril qui risque de faire mal

Depuis le début de la pandémie, Hydro-Québec a suspendu les interruptions de service de ses clients en retard de paiement. Cette décision a permis à bien des gens qui avaient perdu leur emploi ou qui se retrouvaient en difficulté financière de conserver un service essentiel.

Être privé de courant, ce n’est jamais anodin. Ça veut dire ne pas pouvoir se laver, se chauffer et se nourrir convenablement. Ça veut dire aussi ne pas avoir accès à l’eau courante lorsqu’on est alimenté par un puits artésien. Priver de courant les familles pendant le confinement aurait été tout simplement cruel. Cesser les interruptions était donc la bonne chose à faire. Mais pendant ce temps, les dettes se sont accumulées.

La hausse tarifaire annoncée cette semaine entrera en vigueur le 1er avril 2021, date à laquelle Hydro-Québec prévoit reprendre les débranchements. Quel sera l’état des impayés à ce moment? Comment les gens arriveront-ils à assumer l’augmentation de tarif tout en remboursant leur dette?

En 2018, près de 50 000 ménages ont été débranchés par Hydro-Québec. C’est l’équivalent de la ville de Shawinigan. Pour plus de 10% d’entre eux, l’interruption a duré plus de 7 jours. Nous craignons de voir ce nombre augmenter en 2021.

Hausse de tarifs + hausse de consommation = ménages en difficulté

L’augmentation de tarif du 1er avril prochain n’est pas préoccupante que pour les ménages endettés auprès d’Hydro-Québec. Pourquoi? Parce qu’avec le confinement et le chômage, la consommation d’électricité des ménages a augmenté. En effet, au 2e trimestre de 2020, la consommation résidentielle était 5% plus importante qu’au 2e trimestre de 2019. Au mois de septembre, lors de la révision annuelle de leurs versements égaux, bien des gens inscrits à ce service ont vu leurs factures mensuelles augmenter de façon importante, et ce, malgré un hiver plutôt doux et un gel des tarifs en 2020.

L’augmentation de la consommation d’électricité constatée n’est pas près de se renverser. Selon plusieurs études, le télétravail est là pour rester. Rien n’indique non plus la fin de l’école à la maison dans un avenir rapproché. Ainsi, les ménages vont consommer plus (malgré eux) et ils paieront leur électricité plus chère.

Au Québec, c’est plus d’un travailleur sur trois qui vit d’une paie à l’autre. Cette situation, nous la voyons tous les jours dans le cadre de notre pratique. Chaque année, nous accompagnons des centaines de personnes avec leur budget. Dans la grande majorité des cas, il n’y a plus de marge de manœuvre. Cette nouvelle hausse de tarifs, en temps de pandémie par-dessus le marché, ne fera qu’étrangler davantage les ménages qui étouffent déjà sous le poids de leurs obligations financières. Il est urgent que l’on reconnaisse que l’accès à l’énergie est un droit humain fondamental qui doit être protégé.

Hydro-Québec remet 75% de ses profits au gouvernement. Nous croyons que les profits d’Hydro-Québec devraient plutôt servir à baisser la facture d’électricité. En ces temps de pandémie et de confinement, alors que nombreux sont les Québécois à souffrir et à s’inquiéter face à l’avenir, nous pensons que le gouvernement devrait soutenir sa population en décrétant un gel des tarifs d’électricité pour 2021.