Halloween : une carte pour cibler les maisons qui donnent des bonbons au Québec

Quel quartier donne le plus de friandises cette année? 🎃😋

Même si Québec a donné son aval à la chasse aux friandises ce 31 octobre, les donneurs seront sans doute plus rares cette année à cause de la pandémie. Pour que chaque enfant ait droit à une cueillette fructueuse, une Québécoise a lancé une carte interactive pointant les maisons qui distribueront des bonbons dans chaque région du Québec.

L’idée est simple : chaque Québécois est invité à indiquer dans un formulaire en ligne s’il compte oui ou non donner des sucreries cette année, puis spécifier le nom de sa ville ainsi que son adresse.

Ensuite, dans une longue liste de partage, suffit de trouver la ville québécoise où on compte passer l’Halloween, et on a accès à une carte interactive Google Maps détaillant chaque adresse qui donne, en vert, ou ne donne pas, en rouge, dans note petit coin de pays.

Aucun prénom ou nom de famille ne sont associés aux adresses et toutes les informations demeureront confidentielles, promet-on.

La démarche a été entreprise la semaine dernière par Sarah Jolicoeur, une jeune femme de 20 ans de Saint-Basile-le-Grand qui compte elle-même honorer la tradition d’Halloween en distribuant des confiseries.

«Ceci a pour but d’éviter aux familles de marcher de grandes distances sans trouver de maisons “allumées”. Faisant partie des personnes qui donnent des bonbons, mais étant dans un coin isolé où peu de familles résident, je me demandais comment m’assurer que les familles sachent que je suis là», écrit-elle sur Facebook.

Elle était loin d’être la seule dans cette situation puisque plus de 4700 logis se sont inscrits en moins d’une semaine et les requêtes continuent de rentrer. «Je passe mes journées là-dessus, confie-t-elle au HuffPost Québec. Avec de la bonne musique, ça me motive. Plus que j’ai de maisons, plus que je suis heureuse».

Même si elle ne trotte plus de maison en maison le soir d’Halloween, Mme Jolicoeur avoue être une fan inconditionnelle de la fête. «J’adore me costumer, l’idée de passer une journée [dans la peau] d’un personnage spécial. D’être différente pour une journée.»

La jeune femme a elle-même programmé les cartes et les met régulièrement à jour, informant les participants de son évolution et même de son emploi du temps personnel dans le document Google qu’elle partage avec l’ensemble du Québec pour sauver l’Halloween.