POLITIQUE
27/11/2019 13:10 EST

Guy Nantel dans la course à la chefferie du Parti québécois: fiction ou réalité?

L'humoriste refuse pour l'instant de s'avancer sur l'idée.

Mario Beauregard/PC
Photo d'archives.

Guy Nantel pourrait-il se lancer dans la course à la chefferie du Parti québécois? L’idée n’est pas si saugrenue, si l’on en croit l’animateur et analyste politique Mario Dumont, dont l’intervention a contribué à relancer le débat sur les réseaux sociaux.

La question avait déjà été posée, notamment à l’émission La soirée est (encore) jeune, et l’humoriste a réaffirmé lundi, via sa responsable des communications Kristina Bernard, que la porte n’était pas fermée, rapportait hier La Presse+.

«Si le PQ a besoin d’un chef, justement, qu’il me fasse signe et je me présenterai dans la course», avait aussi lancé le principal intéressé à Salut Bonjour, le 13 novembre dernier.

«Si des gens lui font signe, qu’il va chercher ses signatures, que certains organisateurs embarquent avec lui et qu’il se monte une équipe, ça mettrait tout un intérêt dans la course du PQ», a ainsi soutenu M. Dumont sur les ondes de TVA. L’ex-politicien a toutefois souligné que M. Nantel avait probablement peu de connaissances des rouages internes de la politique, et peu de contacts à l’intérieur du parti.

La responsable des communications Kristina Bernard a indiqué par courriel au HuffPost Québec, mercredi matin, que l’humoriste n’avait «pas de commentaires à faire à ce sujet pour le moment».

M. Nantel s’est également gardé de commenter sur sa page Facebook, mais a tout de même lancé une question à ses abonnés...

Ses fans, sans surprise, ne doutent pas de la pertinence d’une éventuelle candidature. «Je préfère un politicien qui nous fait rire plutôt qu’un politicien qui rit de nous», lance un commentateur. «Je pense que ce serai[t] la meilleure chose au monde», écrit un autre. Volodymyr Zelensky est bien président de l’Ukraine, fait-on aussi remarquer. Ce dernier était un humoriste et un acteur avant de se lancer en politique.

Sylvain Gaudreault est devenu lundi le premier candidat à se lancer officiellement dans la course à la direction du PQ. Les noms de Paul St-Pierre Plamondon et de Frédéric Bastien circulent aussi. Les règles de la course seront déterminées au début de l’année prochaine.

Le poste de chef du PQ est libre à la suite du départ de Jean-François Lisée après les élections du 1er octobre 2018. Pascal Bérubé agit présentement à titre de chef intérimaire de la formation.

À VOIR AUSSI: Le gouvernement Legault dévoile son concept de maison des aînés