DIVERTISSEMENT
23/07/2019 09:00 EDT | Actualisé 23/07/2019 13:40 EDT

Guy A. Lepage s'ouvre sur l'une des épreuves les plus difficiles de sa vie de parent

«Quand tu penses que tu pourrais perdre ton enfant, ou que tu es passé proche de le perdre comme ça nous est arrivé, après ça c’est… La vie est fragile.»

Guy A. Lepage prenait part à l’émission Sucré salé, ce lundi 22 juillet, pour parler principalement de son rôle en tant qu’ambassadeur de la Fondation CHU Sainte-Justine, dont la mission est d’«offrir aux enfants et aux mamans d’aujourd’hui et de demain un des meilleurs niveaux de santé au monde».

L’animateur a raconté dans un premier temps le rôle qu’ont joué les professionnels du centre hospitalier dans sa vie, sauvant la vie de son fils Thomas deux fois plutôt qu’une.

 

Radio-Canada

Guy A. Lepage avait dû emmener son fils à l’urgence alors que celui-ci était fiévreux, couvert de plaques et qu’un de ses orteils était devenu bleu. L’investigation avait permis de découvrir que le jeune Thomas souffrait d’un «streptocoque aureus doré qui avait viré en choc toxique».

Si les parents n’avaient pas agi dans un délai raisonnable, et si la Dre Alix-Séguin n’avait pas pris rapidement conscience de la gravité de la situation, Thomas serait décédé aujourd’hui.

Si Thomas s’en est bien tiré, cet événement a néanmoins profondément marqué le père de famille.

«Depuis que j’ai des enfants, je ne dors pas bien à part quand ils sont dans la maison. Mon plus vieux a 28 ans, et les seuls fois où je m’endors instantanément et que je ferme mon téléphone, c’est quand les trois enfants sont dans la maison. En général, c’est au chalet», a confié Guy A. Lepage.

L’autre bébé de Guy A. Lepage

Patrice Bélanger a également questionné son invité à savoir comment les quinze années passées à la barre de Tout le monde en parle l’avaient transformé.

«Ça m’a complètement changé. J’ai réalisé quels étaient mes privilèges dans la vie. Le rôle social que je m’étais donné avec Tout le monde en parle, c’était de faire oeuvre utile, à tous les niveaux.»

«Mettre des gens connus en face de gens qui le sont moins, qui ont fait des choses formidables ou des fois discutables, ces personnes-là sortent de leur zone de confort pour arrêter de parler de leur guitare ou de leur jardin secret de comédien dont on se cal*sse. C’est là qu’on voit l’envergure des gens et qu’on découvre un autre côté des personnes.»

Le parfait ambassadeur

En fin d’entrevue, la Dre Alix-Séguin a expliqué pourquoi Guy A. Lepage avait été choisi pour être ambassadeur de la fondation.

«Le meilleur ambassadeur, c’est quelqu’un qui est passé à travers ça, qui ne connait pas juste sur papier ce que fait Sainte-Justine, a expliqué l’urgentologue. On peut lire les statistiques de Sainte-Justine, on peut regarder l’hôpital, ou peut faire visiter. Mais il n’y a rien comme de vivre, malheureusement, cette expérience-là, d’être au coeur de ce que ça représente de se faire soigner à Sainte-Justine.»

«La vie est fragile. Quand il arrive des trucs comme ça, surtout à des enfants, tu te dis : “Eh mon dieu que je vais être capable d’endurer tous les jouets qui traînent par terre jusqu’à la fin de mes jours, de marcher sur des blocs Lego sans rien dire”», a renchéri Guy A. Lepage.

«Parce que quand tu penses que tu pourrais perdre ton enfant, ou que tu es passé proche de le perdre comme ça nous est arrivé, après ça c’est… La vie est fragile.»

Pour faire un don à la Fondation CHU Ste-Justine, cliquez ici.

À voir également: