DIVERTISSEMENT
09/05/2019 13:20 EDT

«Du coeur au ventre» de Guillaume Wagner: percutante remise en question

L’être humain et ses contradictions sont au centre de ce spectacle.

Michel Grenier
Guillaume Wagner présentait «Du coeur au ventre» dans le cadre du Dr. Mobilo Aquafest, festival d'humour dont il est l'un des fondateurs.

Guillaume Wagner est peut-être plus nuancé dans ses positions, mais l’humoriste n’a pas changé de style dans son troisième one-man-show.

Dans Du coeur au ventre, dont c’était la première médiatique mercredi soir au Théâtre Outremont, le nouveau papa a gardé son côté arrogant, cynique et incisif dans sa manière de faire de la critique sociale.  

L’être humain et ses contradictions sont au centre de ce spectacle qui saura plaire aux fans de la première heure de celui qui est maintenant âgé de 35 ans. Néanmoins, Guillaume Wagner ne fait pas de l’humour uniquement pour le plaisir de son public. On sent véritablement tout au long de sa prestation qu’il espère inciter un certain changement avec ce regard qu’il pose sur la société.

Pendant les 90 minutes de Du coeur au ventre, le narcissisme de l’être humain passe sous sa loupe.

De notre utilisation des réseaux sociaux, à nos habitudes de consommation en passant par notre rapport à l’environnement, il ne manque pas une occasion de provoquer. Il écorche même au passage son propre art, l’humour, ainsi que les vedettes et leur intégrité élastique. 

Dans un numéro franchement bien réussi sur le mouvement #MoiAussi et sur la masculinité toxique, la critique du «douchebag aux gros pipes» a fait place à celle sur les hommes aux comportements préhistoriques. Wagner s’inclut aussi dans cette critique dans laquelle la plupart des hommes peuvent se reconnaître.

Doigt d’honneur aux conventions

Les constats de Guillaume Wagner dans Du coeur au ventre ne sont franchement pas très positifs. Les milléniaux se font abrutir par l’Internet et les influenceurs, la nature est en voie de l’emporter sur l’Homme (et ça lui plaît) et on se soucie de moins en moins les uns des autres.

Le mouvement de la croissance personnelle et ses produits dérivés le laissent très perplexe, au point de développer son propre moyen pour changer une vie. Et pas besoin d’un livre pour l’exposer... un gag suffit!

Michel Grenier
Guillaume Wagner a abordé sa paternité en début de spectacle. Son questionnement sur cette société narcissique a d'ailleurs commencé en se demandant «ce que deviendra ce monde qu’il doit présenter à son jeune fils».

Mais au-delà des sujets lourds, Wagner n’a rien perdu de son habileté à arriver avec un brillant punch qui laisse le spectateur à lui-même avec le gag qu’il vient d’entendre. L’humoriste est bien au courant que son humour peut choquer et provoquer des malaises, mais rien de tout ça n’est gratuit.

C’est même dans les sujets tabous qu’il récolte parfois les plus gros rires de son public. Il incite d’ailleurs les spectateurs à se rebeller, à ne pas suivre le troupeau et à faire preuve d’audace dans leur vie. On peut même en dégager un message positif - sans le côté moralisateur - à travers tout ce qui va mal selon lui.

Il teste les limites pour savoir jusqu’où il peut les repousser. On le sent à l’écoute après certains gags, peut-être même un peu trop par moment. Mais à une époque où les humoristes rodent énormément leur one-man-show avant de le présenter officiellement, il est probablement mieux de s’adapter à la salle plutôt que d’être sur le pilote automatique.

Les analogies sont très nombreuses pour appuyer ses propos par des exemples. Procédé d’écriture voulu? Cependant, elles sont toujours pertinentes et permettent d’illustrer avec aplomb son point de vue.

Solide sur scène, on sent qu’il éprouve un véritable plaisir d’être devant son public. Wagner nous tient captifs de son univers pendant ce spectacle et on en ressort avec la rate bien dilatée et la tête portée vers la réflexion.

Pour toutes les dates de spectacle de Guillaume Wagner, vous pouvez consulter son site Internet.

À voir également: