POLITIQUE
23/08/2019 16:35 EDT

Le G7 devrait réduire ses propres GES pour aider l'Amazonie, dit Greenpeace

Environ un cinquième de l'oxygène dans le monde est produit par la forêt amazonienne, où un nombre record d'incendies font des ravages.

CARL DE SOUZA via Getty Images
Une image aérienne montre le feu qui fait actuellement rage dans la forêt amazonienne, dans le nord du Brésil.

OTTAWA — Les représentants de Greenpeace au Canada et à l’étranger affirment que les dirigeants réunis au G7 qui veulent aider à combattre les incendies dans la forêt amazonienne devraient d’abord regarder dans leur propre cour.

Un nombre record d’incendies font des ravages dans la forêt tropicale au Brésil, ce mois-ci, ce qui suscite de graves inquiétudes au sujet de la santé de la planète.

Environ un cinquième de l’oxygène dans le monde est produit par la forêt amazonienne. Elle abrite également plus de la moitié des 10 millions d’espèces de plantes, d’insectes et d’animaux de la planète, ainsi qu’un cinquième de son eau douce.

Le premier ministre Justin Trudeau est arrivé en France vendredi pour participer au sommet des chefs de gouvernements du G7, où il a rejoint le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel pour demander la tenue d’une discussion d’urgence au sujet de ces incendies.

La directrice générale de Greenpeace International, Jennifer Morgan, a déclaré que les politiciens ne peuvent pas se servir des feux de forêt en Amazonie pour détourner l’attention sur leurs propres échecs en matière de lutte contre les changements climatiques dans leur propre pays.

Un bulletin publié cette semaine par l’organisme Climate Action Network International, tous les États membres du G7 accusent du retard sur leurs cibles de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.