Le grand impact du petit œuf canadien

Des heures avant que certains d’entre nous cassent un œuf dans une poêle et le fassent frire pour le petit déjeuner, Kate Van Deynze-Fleming est à l’œuvre dans son poulailler. Dans l’obscurité qui précède l’aube, elle jette un coup d’œil sur les poules, s’assure que les systèmes d’alimentation et d’abreuvement fonctionnent et commence à ramasser les œufs.

Après qu’un camion eut ramassé la production de la journée, son travail n’est pas fini. La productrice de 37 ans de Holland, au Manitoba, passe le reste de la journée à balayer le poulailler et à s’activer à d’autres tâches. En soirée, elle retourne jeter un coup d’œil sur ses animaux. Bien entendu, les pondeuses n’ont pas congé la fin de semaine et ne prennent pas de vacances — et Kate Van Deynze-Fleming non plus.

Kate Van Deynze-Fleming.
Kate Van Deynze-Fleming.

«Chaque jour de l’année, il faut aller au poulailler, tout le temps. C’est 24 heures sur 24, 7 jours sur 7», dit-elle.

Après avoir travaillé comme enseignante au niveau secondaire pendant plusieurs années, Kate est retournée à la ferme laitière de ses parents avec sa jeune famille pour assumer bon nombre des responsabilités liées à la ferme. Toutefois, comme son mari occupe un emploi à l’extérieur de la ferme, elle cherchait à faire la transition vers un type de production agricole qui conviendrait davantage à un producteur seul que ce n’est le cas de la production laitière. La production d’œufs semblait être un choix idéal.

«Trente pour cent de nos producteurs ont moins de 45 ans.»

- Tim Lambert, chef de la direction des Producteurs d’œufs du Canada

Il n’est pas rare dans l’industrie canadienne des œufs d’être producteur à un jeune âge. «Trente pour cent de nos producteurs ont moins de 45 ans», affirme Tim Lambert, chef de la direction des Producteurs d’œufs du Canada, l’organisme national qui représente les plus de 1 000 producteurs d’œufs réglementés au Canada.

Pour aider la prochaine génération de producteurs à gérer efficacement leurs activités, les Producteurs d’œufs du Canada ont lancé un programme des jeunes producteurs en 2014. Kate est l’une des 50 producteurs qui ont participé au programme, lequel comprend des réunions, des ateliers, des visites de fermes et des webinaires portant sur une panoplie de sujets allant de la technologie à l’art oratoire. Sa participation au programme des jeunes producteurs l’a aidée à établir un réseau de pairs situés un peu partout au pays. Les autres participants et elle demeurent en contact à ce jour afin d’échanger renseignements et conseils.

Ce programme n’est qu’un des moyens sur lesquels les Producteurs d’œufs du Canada misent pour faire en sorte que la production d’œufs demeure un choix de carrière viable pour une nouvelle génération. Veiller à ce que les producteurs reçoivent un prix équitable pour leur produit en est un autre.

Tout comme les producteurs de lait et de poulet, les producteurs d’œufs travaillent dans le cadre du système de gestion de l’offre. Ce système leur permet de produire suffisamment d’œufs pour répondre à la demande canadienne croissante tout en évitant la surproduction, ce qui aide à maintenir la stabilité de l’industrie et un prix stable pour les consommateurs.

«En raison de la stabilité assurée par notre système de gestion de l’offre, beaucoup plus de jeunes gens choisissent de rester à la ferme comme vocation, ce qui est plutôt génial à mon avis», dit M. Lambert.

Kate Van Deynze-Fleming est une fervente adepte du système parce qu’il offre un revenu prévisible. «C’est quelque chose sur lequel on peut compter», dit-elle, en expliquant qu’un revenu stable permet aux producteurs d’investir plus facilement dans l’équipement et d’autres éléments d’une ferme prospère. «On peut planifier l’avenir.»

Pour aider les producteurs à faire leur travail de la manière la plus efficace et efficiente possible, les Producteurs d’œufs du Canada financent des chaires de recherche à plusieurs universités canadiennes dans des domaines tels que l’économie, le bien-être des animaux et la durabilité de l’environnement. «Nous travaillons sans relâche à des innovations continues qui nous permettront de produire plus d’œufs en utilisant moins de ressources», affirme M. Lambert. Il cite des chiffres tirés d’une étude récente qui démontrent que le travail porte fruit. « Nous produisons 50% plus d’œufs en employant 50% des ressources que nous utilisions il y a 50 ans.»

«Les fermes canadiennes produisent maintenant environ 9 milliards d’œufs par année.»

- Les Producteurs d’œufs du Canada

Ce travail a même des avantages pour l’environnement du Canada. M. Lambert fait remarquer que les producteurs d’œufs ont diminué leur consommation d’énergie de 41% au cours de cette même période de 50 ans et qu’ils ont réduit leurs émissions de gaz à effet de serre de 68 %. «C’est un aliment très écologique», souligne-t-il.

Et ces œufs sont de plus en plus populaires auprès des Canadiens. Les fermes canadiennes produisent maintenant environ 9 milliards d’œufs par année. L’œuf moyen contient six grammes et demi de protéines, et une boîte d’œufs coûte pourtant moins cher qu’un café latte, ce qui en fait une source alimentaire abordable à haute teneur énergétique.

Rappelons que, derrière chaque boîte d’œufs, il y a un producteur qui est debout à l’aube et qui travaille jusqu’au crépuscule pour mettre cette douzaine d’œufs sur le marché — et l’apporter à sa propre table. Comme le fait observer Kate : «Notre famille mange les aliments que nous produisons, et nous sommes fiers de partager les œufs, à l’échelle locale et nationale.»

Elle n’a aucun regret d’avoir renoncé à la vie prévisible d’une enseignante pour se livrer aux longues heures de travail irrégulières d’une productrice. Elle évoque une récente fin de semaine où sa famille élargie s’est réunie à la ferme. Sa fille de neuf ans, Anna, a fait remarquer à quel point il était amusant d’aider aux tâches liées aux œufs avec ses frères et ses cousins.

«C’était vraiment précieux de voir le regard sur son visage et dans ses yeux», souligne Kate. «Pour moi, la ferme et ce mode de vie valent largement les efforts. Ce n’est pas toujours facile, mais c’est ma passion.»

Visitez le site des Producteurs d’œufs du Canada pour découvrir pourquoi tant de Canadiens sont passionnés par l’agriculture.