POLITIQUE
27/07/2020 11:54 EDT | Actualisé 27/07/2020 14:57 EDT

Gaspésie: le PQ demande au gouvernement d’intervenir

La députée Méganne Perry Mélançon déplore notamment que certains vacanciers occupent des espaces qui ne sont pas prévus pour le camping.

RLSPHOTO via Getty Images
La Ville de Percé est une destination populaire auprès des touristes québécois cet  été. (photo d'archives)

L’opposition péquiste souhaite voir la Sûreté du Québec intervenir pour rappeler à l’ordre les nombreux touristes délinquants qui souillent les plages et les paysages fragiles de la Gaspésie.

Inquiète de voir sa région perturbée depuis le début de l’été par des hordes de touristes, trop nombreux à manquer de savoir-vivre, la députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, juge la situation suffisamment alarmante pour demander au gouvernement d’intervenir avec force.

Elle déplore notamment que certains vacanciers occupent illégalement des espaces qui ne sont pas prévus pour le camping, comme les plages, laissant sur place leurs déchets, tout en menaçant des écosystèmes fragiles. D’autres installent leur tente dans des milieux humides protégés, au mépris des conséquences. D’autres encore jettent leurs ordures dans les cours d’eau.

La Sûreté du Québec devrait donc, selon elle, dépêcher sur place un plus grand nombre de patrouilleurs chargés de sévir contre les touristes délinquants.

Québec devrait aussi, selon ses voeux, débloquer un budget spécial qui permettrait aux municipalités gaspésiennes les plus touchées d’embaucher des agents de sécurité chargés d’assurer le respect des règlements et de protéger la beauté du territoire. Dans un communiqué, elle affirme que les municipalités n’ont pas à l’heure actuelle les moyens d’atteindre ces objectifs.

“Nous vivons une situation sans précédent qui nous oblige à intervenir”, selon la députée de Gaspé, soucieuse par ailleurs de rappeler l’importance de l’industrie touristique pour l’économie gaspésienne.

La sortie de la députée fait suite au cri du coeur lancé il y a quelques jours par le maire de Gaspé, Daniel Côté, qui qualifiait la situation d’“enfer”.

La députée Perry Mélançon demande aussi à la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, de se rendre sur place, en Gaspésie, pour constater la situation et transmettre un message clair aux visiteurs.

En conférence de presse sur un autre sujet, cette dernière a cependant décliné l’offre, affirmant qu’elle n’avait pas attendu la demande de l’opposition péquiste pour agir au cours des derniers jours.

Mme Guilbault reconnaît que la situation en Gaspésie est problématique, qualifiant de “dérapage malheureux” le comportement de certains touristes ayant démontré un manque de civisme.

″Ça brise le coeur” de voir les images transmises dans les reportages télévisés, a-t-elle soutenu, disant s’être entretenue lundi avec le maire de Gaspé à ce sujet.

Selon elle, cependant, la situation commence déjà à s’améliorer, grâce aux “moyens concrets” déployés au cours des derniers jours par le gouvernement en accord avec les municipalités visées, dont l’ajout d’effectifs policiers.

On mise notamment sur une “visibilité stratégique” accrue de la part des policiers pour dissuader les touristes d’adopter des comportements répréhensibles, a-t-elle fait valoir.

Elle a dit que sa collègue responsable du Tourisme, Caroline Proulx, devait se rendre en Gaspésie la semaine prochaine.

Cet été, la Gaspésie accueille un nombre record de touristes.