NOUVELLES
22/06/2020 14:13 EDT

Dix-neuf cas de coronavirus dans les services de garde depuis la réouverture

Le ministère de la Famille a aussi annoncé l’octroi de deux subventions dans le but de faciliter la conciliation travail-famille-études.

semenovp via Getty Images

MONTRÉAL — Depuis la réouverture des services de garde au Québec, soit le 11 mai pour les zones dites froides et le 1er juin pour la Communauté métropolitaine de Montréal, ce sont 19 cas de coronavirus qui y ont été signalés.

C’est le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, qui a précisé ce chiffre, à l’occasion d’une conférence de presse pour annoncer des subventions portant sur la conciliation travail-famille-études, lundi à Montréal.

Le ministre s’est réjoui de cette donnée, compte tenu de l’ampleur de la pandémie de la COVID-19 dans la communauté. C’est «très peu», voire «marginal», a-t-il commenté.

Au total, depuis le début de la pandémie de coronavirus, ce sont 87 cas qui ont été déclarés dans l’ensemble des services de garde au Québec, a ajouté le ministre de la Famille.

Il a rappelé que des milliers d’enfants sont accueillis dans ces services de garde, dans l’ensemble du Québec.

Le ministre Lacombe s’est donc déclaré «confiant pour la suite des choses».

Deux nouvelles subventions

Le ministère de la Famille annonce l’octroi de deux subventions à des organismes communautaires dans le but de faciliter la conciliation travail-famille-études.

Ainsi, une subvention maximale de 600 000 $ sera donnée sur quatre ans au Réseau pour un Québec famille, pour son programme de reconnaissance conciliation famille-travail destiné aux employeurs.

Ce programme permet de décerner un sceau distinctif à certains employeurs, le sceau Concilivi, pour reconnaître la qualité de leurs pratiques en la matière, a indiqué Mathieu Lacombe.

De plus, une subvention de 300 000 $ sur deux ans est donnée à la Fédération québécoise des organismes communautaires famille pour mieux informer et outiller les parents afin qu’ils se prévalent des mesures déjà en place.

“Il y a une nouvelle culture de conciliation famille-travail-études qui s’installe au Québec et, si ce n’est pas le cas, il faut qu’une nouvelle culture famille-travail-études s’installe, pour répondre aux besoins des familles et des employeurs”, a plaidé le ministre Lacombe.