DIVERTISSEMENT
02/06/2019 19:23 EDT | Actualisé 03/06/2019 12:11 EDT

Gala Québec Cinéma: «1991» repart avec les grands honneurs

La comédie de Ricardo Trogi est repartie avec quatre statuettes, dont celles du meilleur film et du meilleur réalisateur.

1991, le dernier volet de la trilogie autobiographique de Ricardo Trogi, a raflé les statuettes du meilleur film et du prix du public au 21e Gala Québec Cinéma, ce dimanche 2 juin.

Le film cité à 16 reprises a également triomphé dans la catégorie de la meilleure réalisation.

À tous ceux qui ne me lisent pas de Yan Giroux s’est lui aussi démarqué en ravissant les statuettes du meilleur scénario et du meilleur premier film - une nouvelle catégorie destinée à récompenser la relève dans les longs-métrages de fiction.

«Plus de poésie sur nos écrans et dans nos vies», a souhaité le cinéaste, qui raconte avoir reçu «l’impulsion de la création» grâce au poète Yves Boisvert, dont la vie a inspiré son film.

L’Iris de la meilleure interprétation masculine dans un premier rôle est allé à Martin Dubreuil, qui campait le rôle du défunt auteur des Chaouins.

«Quand on joue des personnages fictifs, on a le mérite de les avoir créés avec nos partners. Quand on joue des personnages qui ont vécu, le mérite leur revient à 50% minimum», a-t-il raillé, en saluant l’audace de faire un tel film.

Chez les femmes, Debbie Lynch-White a mérité le trophée pour son interprétation de la chansonnière Mary Travers dans La Bolduc.

«Merci d’avoir enduré mes turlutes pendant que je dormais», a-t-elle lancé à son épouse dans la salle.

Le drame historique de François Bouvier n’a d’ailleurs pas été en reste, dimanche, lors de la première vague de remise de prix en après-midi. Le Gala Artisans Québec Cinéma lui a permis de rafler cinq trophées, dont ceux de meilleur son, des meilleurs costumes et de la meilleure direction artistique.

Le directeur photo Pierre Mignot s’est alors vu décerner l’Iris Hommage 2019. Son nom figure depuis 1974 au générique de quelque 130 films de fiction et documentaires tournés au Québec - mais aussi à Hollywood, après avoir retenu l’attention de Robert Altman, qui l’avait engagé pour plusieurs films, dont Come Back to the 5 & Dime, Jimmy Dean, Jimmy Dean et Streamers.

Pierre Mignot a déjà décroché trois Jutra pour sa maîtrise de la lumière dans Le Papillon bleu, C.R.A.Z.Y. et Un dimanche à Kigali. On lui doit aussi les images de J.A. Martin, photographe de Jean Beaudin, Maria Chapdelaine de Gilles Carle et de Robert Lepage, entre autres.

En soirée, Émilie Bierre a été la première à monter sur la scène du studio 42 de la Maison de Radio-Canada. La jeune actrice de 15 ans a été sacrée Révélation de l’année pour son rôle dans Une colonie, de Geneviève Dulude-De Celles. L’adolescente s’est réjouie que les jeunes acteurs comme elle puissent incarner «des êtres humains à part entière», et non seulement «les enfants des personnages principaux».

Son collègue de jeu, le réalisateur Robin Aubert, est sorti vainqueur dans la catégorie de la meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien. Sandrine Bisson (1991) a remporté le pendant féminin de ce trophée.

Le gala, autrefois appelé la soirée des Jutra, a été animé pour une troisième année consécutive par Édith Cochrane et Guylaine Tremblay.

Galerie photo Gala Québec Cinéma 2019 Voyez les images

LES GAGNANTS ET LES NOMMÉS SONT...

 Meilleur film

» 1991
À tous ceux qui ne me lisent pas
La Bolduc
Genèse
La grande noirceur
Répertoire des villes disparues
Une colonie

Meilleure réalisation

Denis Côté - Répertoire des villes disparues
Geneviève Dulude-De Celles - Une colonie
Maxime Giroux - La grande noirceur
Yan Giroux - À tous ceux qui ne me lisent pas
» Ricardo Trogi - 1991

Meilleur scénario

» Guillaume Corbeil, Yan Giroux - À tous ceux qui ne me lisent pas
Geneviève Dulude-De Celles - Une colonie
André Gulluni, Claude Lalonde - Origami
Eric K. Boulianne - Avant qu’on explose
Ricardo Trogi - 1991

Meilleure interprétation féminine (Premier rôle)

Josée Deschênes - Répertoire des villes disparues
» Debbie Lynch-White - La Bolduc
Brigitte Poupart - Les salopes ou le sucre naturel de la peau
Karelle Tremblay - La disparition des lucioles
Carla Turcotte - Sashinka

Meilleure interprétation masculine (Premier rôle)

Jean-Carl Boucher - 1991
Pierre-Luc Brillant - La disparition des lucioles
» Martin Dubreuil - À tous ceux qui ne me lisent pas
Patrick Hivon - Nous sommes Gold
Théodore Pellerin - Genèse

Meilleure interprétation féminine (Rôle de soutien)

» Sandrine Bisson - 1991
Céline Bonnier - À tous ceux qui ne me lisent pas
Larissa Corriveau - Répertoire des villes disparues
Mélissa Désormeaux-Poulin - Dérive
Natalia Dontcheva - Sashinka

Meilleure interprétation masculine (Rôle de soutien)

» Robin Aubert - Une colonie
Pier-Luc Funk - Genèse
Vincent Leclerc - La Chute de l’empire américain
Alexandre Nachi - 1991
Henri Picard - À tous ceux qui ne me lisent pas

Révélation de l’année

» Émilie Bierre - Une colonie
Irlande Côté - Une colonie
Lévi Doré - La chute de Sparte
Maripier Morin - La Chute de l’empire américain
Jacob Whiteduck-Lavoie - Une colonie

Meilleure direction de la photographie

Steve Asselin - 1991
Ian Lagarde - À tous ceux qui ne me lisent pas
François Messier-Rheault - Répertoire des villes disparues
» Sara Mishara - La grande noirceur
Ronald Plante - La Bolduc

Meilleur film documentaire

Anote’s Ark
L’autre Rio
Cielo
» Innu Nikamu : Chanter la résistance
Pauline Julien, intime et politique

Meilleur court métrage (Fiction)

» Brotherhood
Fauve
Lunar-Orbit Rendezvous
Milk
Mon Boy

Meilleur court métrage (Animation)

Bone Mother
La chambre des filles
Mais un oiseau ne chantait pas
Not Your Panda
» Le sujet

Prix du public

» 1991
La Bolduc
La Chute de l’empire américain
La Course des tuques
La disparition des lucioles

Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec

» La Chute de l’empire américain
Cielo
La Course des tuques
La disparition des lucioles
Eye on Juliet

 Avec La Presse Canadienne