POLITIQUE
25/10/2019 10:16 EDT

Un jeune Beauceron veut remplacer Gabriel Nadeau-Dubois

Étienne Gélinas tentera de convaincre les délégués réunis en congrès de le choisir comme porte-parole du parti.

Graham Hughes/La Presse canadienne
Photo d'archives de Gabriel Nadeau-Dubois.

QUÉBEC — Un jeune Beauceron veut remplacer Gabriel Nadeau-Dubois à titre de porte-parole masculin de Québec solidaire (QS).

Étienne Gélinas, un étudiant en génie électrique de 21 ans, tentera de convaincre les délégués réunis en congrès du 15 au 17 novembre de le choisir, lui qui prétend avoir davantage à coeur les régions.

En entrevue avec La Presse canadienne jeudi, il précise que sa démarche n’est pas un «désaveu» de M. Nadeau-Dubois, qui a également confirmé sa candidature.    

Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé ont déjà annoncé qu’ils souhaitent être maintenus comme visages du parti de gauche. Ils se lancent d’ailleurs en duo dans la course au leadership, qui a lieu à QS tous les deux ans.

«Gabriel Nadeau-Dubois a fait un excellent travail, affirme M. Gélinas. C’est juste que moi, en regardant vers le futur, je vois que si on veut (...) prendre de la croissance, il faut avoir une personne qui va être à l’extérieur et qui va continuer d’avoir cet attachement-là au terrain.»

Étienne Gélinas propose de devenir un porte-parole extra-parlementaire, ce qui lui permettrait de parcourir la province plus efficacement que s’il était un député de l’Assemblée nationale, dit-il. 


Le militant de longue date — il a commencé à être actif au sein de QS à 14 ans — a amassé les 500 signatures nécessaires de membres provenant de six régions et 20 circonscriptions différentes.

«Nos porte-paroles sont leader et chef parlementaire, donc deux postes qui demandent extrêmement beaucoup de temps à l’Assemblée nationale. Plus le parti va grossir, moins ils vont avoir le temps d’être sur le terrain, plus ils vont se détacher de la rue», a-t-il plaidé.

La formule a déjà été testée, sans succès, réplique pour sa part M. Nadeau-Dubois. Il rappelle en entrevue téléphonique que Françoise David et Andrés Fontecilla, tous deux porte-paroles extra-parlementaires à une certaine époque, trouvaient difficile d’avoir de la «visibilité».

«Le bilan qui a été tiré par à peu près tout le monde dans cette histoire-là, c’est que ce n’était pas une formule très réaliste au quotidien», a déclaré M. Nadeau-Dubois.

Il affirme être d’accord avec M. Gélinas sur l’importance de développer QS en région. «Il faut continuer de grandir, a-t-il dit. Consolider la présence de nos associations de campus, continuer à rejoindre les jeunes dans leurs milieux de travail par des campagnes politiques et (...) concentrer notre travail de parti politique sur des propositions qui unissent les Québécois.»

Aux dernières élections, QS a fait élire 10 députés, dont quatre à l’extérieur de l’île de Montréal. Au cours des deux dernières années, le nombre de membres du parti a doublé, atteignant 20 000 adhérents.

À voir: les partis d’opposition exigent le retrait du projet de loi sur les trop-perçus d’Hydro-Québec