NOUVELLES
01/06/2020 20:02 EDT

Le frère de George Floyd lance un appel au calme pendant les manifestations

«Allons-y. Allons-y. Faites-le pacifiquement, s’il vous plaît», a déclaré Terrence Floyd.

MINNEAPOLIS — Le frère de George Floyd a plaidé pour la paix dans les rues lundi, affirmant que la violence «ne va absolument pas ramener mon frère», tandis que le président Donald Trump a réprimandé la plupart des gouverneurs du pays comme étant «faibles» dans leurs actions contre les émeutes un peu partout aux États-Unis.

Les messages concurrents — un conciliant, un belliqueux — ont été lancés alors que les États-Unis se préparaient à d’autres manifestations.

«Nous sommes un pays qui a peur», a déclaré Sam Page, directeur du comté de St. Louis, au Missouri, où la ville de Ferguson est synonyme du mouvement «Black Lives Matter» depuis la mort, en 2014, de Michael Brown, un adolescent noir de 18 ans, lors d’une confrontation avec un policier blanc. «Nous sommes un pays en colère. Et nous sommes un pays qui s’accroche à la promesse de justice pour tous.»

À Minneapolis, Terrence Floyd a lancé un appel vibrant à la paix à l’endroit où un policier a appuyé son genou sur le cou de son frère pendant plusieurs minutes.

«Allons-y. Allons-y. Faites-le pacifiquement, s’il vous plaît», a déclaré Terrence Floyd.

La foule a scandé «Quel est son nom? George Floyd!» et «Un de parti, il en reste trois!» en référence aux quatre policiers impliqués dans l’arrestation de George Floyd. Le policier Derek Chauvin a été accusé de meurtre, mais les manifestants exigent que ses collègues soient également traduits en justice. Tous les quatre ont été licenciés.

Depuis la mort de George Floyd, des flambées de violence ont  été observées — des incendies ont notamment été déclenchés près de la Maison-Blanche —, mais la majorité des manifestations se sont déroulées pacifiquement.

Des manifestations ont éclaté de Boston à San Francisco, et des gens ont pillé des magasins en plein jour à Philadelphie, dans des villes de Californie et d’ailleurs.

Le gouverneur du Minnesota a fait venir des milliers de soldats de la Garde nationale pour aider à réprimer la violence et le vandalisme alors que des centaines de bâtiments ont été détruits ou endommagés à Minneapolis, au cours des derniers jours.

Un peu partout aux États-Unis, des manifestants ont appelé à mettre fin à la violence policière et plusieurs se sont joints à la police pour plaider pour la fin du pillage. Beaucoup ont également plaidé pour l’arrêt des incendies, du vandalisme et du vol, affirmant que cela affaiblissait les appels à la justice et au changement de société.