TÉMOIGNAGES
08/01/2020 15:03 EST

Mon frère est décédé à cause de l’erreur d’un médecin

Un médecin ne s’est pas assez soucié de l’homme corpulent de la chambre 204 pour lui transmettre des informations qui auraient pu lui sauver la vie.

Courtoisie/Michael J. Stern
Le frère de Michael J. Stern, Lee, posant avec le fils d'un ami en 2012.

Ça fait presque un an, et je n’ai toujours pas récupéré ses cendres. Quand ils me remettront la boîte de poussière de mon petit frère, ce sera réel. Pour le moment, c’est plus que ce que je pourrais supporter.

Pendant la majeure partie de sa vie, Lee a lutté. Lorsque le travail était difficile ou qu’il vivait un revers dans sa vie personnelle, la nourriture était l’ami qui était toujours là pour le faire sentir mieux. Au cours des 30 dernières années, j’ai vu mon frère devenir cliniquement obèse.

Mes parents et moi avons planifié plusieurs discussions où nous lui avons offert de payer pour de la psychothérapie, un programme de perte de poids et une chirurgie bariatrique. Mais la fierté de Lee, ou la peur de l’échec, l’a fait décliner nos offres.

Ce sont ses jambes qui ont été les plus touchées. Elles gonflaient de deux à trois fois leur taille normale. La peau de Lee est devenue si fine que parfois, une veine éclatait. Il y a deux ans, un opérateur du 911 m’a demandé comment attacher un garrot autour de la jambe de mon frère pour arrêter le sang de couler jusqu’à l’arrivée de l’ambulance. C’est là que j’ai réalisé la gravité de la situation. C’est là que l’avenir prometteur de Lee a été éclipsé par le danger de sa santé précaire.

À travers tout ça, Lee est resté le gars doux, intelligent et drôle qu’il a toujours été. Il travaillait souvent 12 heures par jour en tant que chef de bureau, où les gens lui confiaient leurs aspirations professionnelles et leurs problèmes personnels.

Courtoisie/Michael J. Stern
Stern (à droite) et son frère Lee (à gauche) devant leur maison d'enfance à Livonia, Michigan, en 1968.

Mon frère vivait dans un studio à l’arrière de ma maison, donc je le voyais presque tous les jours. Les lumières de Noël étaient encore allumées dans notre rue le dimanche après-midi où j’ai remarqué que Lee était au bord des larmes. Sa jambe était tellement enflée et rouge que je pouvais voir la chaleur.

Il ne voulait pas s’absenter du travail, mais j’ai insisté pour qu’il aille à l’hôpital. Je l’ai emmené moi-même. Nous avions déjà vécu ça avant. Le médecin traitant a déclaré que Lee aurait besoin de quelques jours d’antibiotiques et qu’il serait à la maison d’ici la fin de la semaine.

Quand le médecin m’a appelé le lendemain pour me dire que le cœur de mon frère s’était arrêté et qu’une équipe essayait de le ressusciter, je n’ai pas compris. Quand j’ai entendu l’infirmière interrompre et annoncer l’heure de la mort de Lee, j’ai compris.

Il pleut rarement à Los Angeles, mais si j’ai été reconnaissant d’une chose dans les semaines qui ont suivi, c’était des pluies torrentielles. Elles ont masqué le son de mes sanglots incontrôlables.

Le médecin qui a traité mon frère a dit qu’il n’avait aucune idée que Lee était en danger de mort et a suggéré qu’une autopsie soit pratiquée pour déterminer la cause du décès. Le rapport d’autopsie a détaillé la dissection d’une personne que j’aimais depuis 54 ans. J’ai vomi deux fois mais j’ai finalement réussi à lire le rapport.

Le médecin légiste a déterminé que mon frère était décédé d’une crise cardiaque subite, une arythmie qui fait battre le cœur de façon irrégulière. Le fait que mon frère soit mort d’une insuffisance cardiaque n’est pas une surprise. Ce qui m’a surpris, c’est la conclusion du médecin légiste selon laquelle Lee avait déjà subi une crise cardiaque «massive» qui lui a causé des cicatrices et a augmenté la probabilité qu’il plonge dans l’arythmie qui a causé sa mort. Le détail, c’est que mon frère ne savait pas qu’il avait déjà fait une crise cardiaque.

La plupart des mois, je quitte ma maison à Los Angeles pour éviter l’appartement, la cour et le stationnement où je voyais mon frère tous les jours. Mais le chagrin est omniprésent et mes années en tant que procureur fédéral ont eu raison de moi. Je ne pouvais pas comprendre comment mon frère avait pu faire une importante crise cardiaque qui n’avait été vue sur aucun des tests qu’il avait subis lors de ses visites à l’hôpital au fil des ans. J’ai donc commandé le dossier médical de Lee et ouvert la boîte de Pandore.

Le médecin de cet hôpital réputé savait que mon frère avait déjà eu une crise cardiaque et ne lui a jamais rien dit.

Après plusieurs jours d’exploration des dossiers, voici ce que j’ai découvert: deux ans avant la mort de Lee, un médecin a demandé un électrocardiogramme avant qu’il ne subisse une petite opération à la jambe. Il est clairement écrit en haut du rapport que l’ECG a montré une crise cardiaque antérieure.

J’ai parcouru les archives quatre fois pour voir si j’avais raté une note indiquant que mon frère avait été informé de ces résultats. Je n’ai rien trouvé. Le médecin de cet hôpital réputé savait que mon frère avait déjà eu une crise cardiaque et ne lui a jamais rien dit.

Pendant des années, j’ai craint que les médecins ne dispensent pas à mon frère les mêmes soins que ceux donnés aux autres patients en raison de son poids. J’ai récemment appelé le médecin qui a soigné Lee le jour de sa mort. J’ai exprimé ma frustration que Lee n’ait pas été informé de sa précédente crise cardiaque.

L’essence de la réponse du médecin était: le médecin qui a ordonné l’ECG 2017 aurait dû dire à votre frère qu’il avait déjà eu une crise cardiaque, mais c’était la responsabilité de votre frère de perdre du poids, donc les choses se seraient probablement passées de la même façon de toute façon. 

Je pense que si Lee avait été au courant de la crise cardiaque antérieure, il aurait vu un cardiologue et obtenu des médicaments qui auraient pu prévenir l’arythmie qui l’a tué.

Non. Dire à quelqu’un qu’il a eu une crise cardiaque est un appel au réveil qui peut être la motivation nécessaire pour apporter des changements, comme la chirurgie bariatrique que Lee envisageait sérieusement. Même s’il n’avait pas changé de mode de vie, je pense que si Lee avait été au courant de la crise cardiaque antérieure, il aurait vu un cardiologue et obtenu des médicaments qui auraient pu prévenir l’arythmie qui l’a tué.

Au final, il est impossible de savoir avec certitude ce qui aurait été différent. Mais cette opportunité de changement appartenait à Lee, et un médecin qui n’a pas fourni les soins les plus élémentaires a privé mon frère de sa chance.

J’ai contacté 14 avocats spécialisés en faute professionnelle au sujet du cas de mon frère. La première question que chacun d’eux a posée était: «Votre frère avait-il des personnes à charge?» Comme de nombreux États, la Californie a cédé au lobbying des médecins, des hôpitaux et des compagnies d’assurance et a adopté des lois qui limitent sévèrement les dommages lorsque la faute médicale cause la mort d’une personne.

Parce que mon frère n’avait pas d’enfants, le montant d’argent qu’un avocat peut gagner en remportant une affaire de faute professionnelle médicale ne vaut pas les coûts et les années de litige.

Cette loi injuste ne s’applique pas seulement à des situations comme celle de mon frère. Un médecin qui commande une radiographie d’un patient avec une côte fissurée et néglige de dire au patient que la radiographie a montré une tumeur sur son sein obtient essentiellement un laissez-passer si la femme n’a pas de personnes à charge et décède d’un cancer du sein qui n’est pas traité.

Limiter les poursuites frivoles contre les médecins est un objectif noble. Ignorer la négligence d'un médecin ne l'est pas.

Je suis en colère. Fâché que la maladie mentale de mon frère ne lui a pas permis de mieux prendre soin de lui. En colère de n’avoir pas aidé mon frère à s’aider lui-même. Et en colère qu’un médecin ne se soit pas assez soucié de l’homme corpulent de la chambre 204 pour lui transmettre des informations qui auraient pu lui sauver la vie. On ne peut pas passer par-dessus une telle tragédie, et la réconciliation émotionnelle ne viendra pas avec cette information qui me hante.

Les législateurs ont créé une carte «sortir de prison sans problème» pour les mauvais médecins, et ce sont les législatures de tout le pays qui peuvent corriger cette erreur. Limiter les poursuites frivoles contre les médecins est un objectif noble. Ignorer la négligence d’un médecin ne l’est pas.

Je ne me suis jamais réconforté à travers la foi. Et je ne suis pas sûr de ce que la vie me réserve pour la suite. Mais il y a une chose dont je suis sûr. À chaque bougie d’anniversaire soufflée, chaque voeu de l’Action de grâce et chaque coccinelle libérée, il n’y aura qu’un seul souhait. J’espère qu’il y a une vie après la mort. Et j’espère que mon frère y est heureux.

Ce texte, initialement publié sur le site du HuffPost États-Unis, a été traduit de l’anglais.