BIEN-ÊTRE
20/08/2019 15:41 EDT | Actualisé 20/08/2019 15:52 EDT

Un «club pour femmes échangistes» pour une mode écoresponsable

Dans le cadre du Festival Mode et Design, le Shwap Club offre «une façon autre de consommer la mode», tout en faisant sa BA de la semaine.

Shwap Club/Facebook

Cette semaine, dans le cadre du Festival Mode et Design, le Shwap Club vous convie à un événement qui vous donne l’occasion de renouveler notre garde-robe ET de faire notre BA de la semaine: Shwappons au profit du Chaînon

«C’est une façon autre de consommer la mode, une façon le fun aussi, écologique.» Annette Nguyen est l’instigatrice du «club de femmes échangistes» situé dans le quartier Saint-Henri.

Le mot «Shwap» vient de «shop» (magasiner) et «swap» (échanger). Le Shwap Club, en fait, est une boutique basée sur le principe du troc, de l’échange de vêtements. C’est du 1 pour 1; pour chaque morceau que vous apportez - cela peut aussi être une paire de chaussures ou un sac à main -, vous pouvez repartir avec un autre de la boutique. L’entrée unique y est - en temps normal - 16 $ plus taxes. Il y a aussi possibilité de se procurer un abonnement annuel (et d’y aller aussi souvent qu’on veut!) pour 90 $ plus taxes.

Shwap Club/Facebook

Pour l’événement hors site du FMD, «les gens, incluant les membres, doivent acheter un billet pour la soirée étant donné que toutes les recettes de la soirée vont directement au Chaînon», précise-t-elle. L’entrée est 10 $ en prévente sur Eventbrite et à 15 $ à la porte, s’il reste des billets. «C’est une façon pour nous de faire découvrir le concept - à rabais -», précise Annette. On pourra y échanger jusqu’à un maximum de 10 vêtements par personne.

Mais pourquoi le Chaînon? «Ça fait un moment qu’on travaille exclusivement avec le Chaînon pour tout ce qui est don», explique Annette. «Tous les dons qu’on reçoit, tous les morceaux qu’on sort de l’inventaire parce que ça fait trop de temps qu’ils sont sur le plancher, tout ça se retrouve au Chaînon. Eux viennent les chercher à chaque 10 jours à la boutique.» 

L’organisme, une «cause qui nous tient à coeur» comme elle le dit elle-même, vient en aide aux femmes en difficulté. «C’est vraiment une mission qui est là pour soutenir des femmes», précise Annette. «Leur première source de financement, c’est la vente de vêtements (dans leur magasin). Parfois, ils vont aussi prendre les vêtements qu’on leur donne pour dépanner des femmes qu’elles hébergent, mais (...) la plupart des morceaux sont vraiment pour leur boutique. Ils vont aussi vendre au poids les vêtements qu’ils ne peuvent pas vendre en boutique parce que c’est taché ou troué.»

Shwap Club/Facebook

Les «next steps» 

Annette, qui est aussi avocate à temps plein chez Bell Média, confie qu’avec le roulement des vêtements: «c’est un magasin qui fournit plus rapidement que le Zara et le H&M. C’est le fun de pouvoir être une vraie compétition au fast fashion

Le Shwap Club offre depuis plus d’un an une façon différente de consommer la mode, plus écologique et responsable. «Je n’avais vraiment aucune attente quand j’ai lancé ce projet. Je me suis dit que ça allait être un truc le fun, une passion, un petit hobby et tout, et ça a pris une toute autre tournure», souligne-t-elle. «Après un an, je vois qu’il y a un vrai engouement, les gens sont contents et aussi vraiment engagés dans la communauté.» 

L’équipe du Shwap Club travaille aussi à implanter des cartes de membres, un nouveau système informatique et une gestion de l’inventaire plus sophistiquée. «Maintenant, on fait vraiment suivre le morceau lorsqu’il arrive jusqu’à la fin de sa vie en magasin. Il n’y a pas de morceau qui reste en boutique plus d’un mois », dit Annette, qui s’apprête à ouvrir un deuxième local, forte de son succès. 

«Shwappons au profit du Chaînon» a lieu ce jeudi 22 août, de 18h à 21h, au 642, rue de Courcelle, #306. Le Festival Mode et Design se poursuit quant à lui jusqu’au 24 août.