POLITIQUE
15/06/2019 07:59 EDT

François Legault veut réformer le Parlement pour éviter les «pertes de temps»

Et c'est encore Simon Jolin-Barrette qui pourrait être appelé à piloter cette réforme.

Jacques Boissinot/PC

François Legault veut réformer le Parlement, cet élément central de la démocratie au Québec, pour le rendre plus efficace. C’est ce qu’il a déclaré vendredi lors du traditionnel bilan de fin de session du gouvernement.

Plus tôt en journée, le premier ministre avait annoncé qu’il aura recours au bâillon pour forcer l’adoption de deux controversés projets de loi sur l’immigration et la laïcité.

S’il était en faveur en 2015 de restreindre l’utilisation du bâillon, qui est une procédure d’exception, il n’écartait pas vendredi la possibilité d’y avoir recours à nouveau dans le futur. «Plus un gouvernement veut faire de changements, plus il peut être appelé à faire adopter sous bâillon un projet de loi», a-t-il plaidé.

«Beaucoup de perte de temps»

M. Legault a indiqué qu’il pourrait réformer le Parlement pour limiter à 50 heures les débats en commissions parlementaires, par exemple, et abolir la pratique permettant aux députés du gouvernement d’interroger leur propre gouvernement à l’occasion de l’étude des crédits.

«Il y a beaucoup de perte de temps, il y a un vrai problème d’efficacité, a-t-il soutenu. Je pense que c’est la remarque que j’entends le plus chez les nouveaux députés: “Oh, on ne pensait pas qu’il y avait autant de perte de temps.”

Bien souvent les discours qui sont faits par l’opposition ne sont pas constructifs. C’est pour faire du temps (...) Un moment donné, (il faut) être capable de conclure sur un débat.François Legault

Les règles de l’Assemblée nationale du Québec sont issues de la longue tradition du parlementarisme britannique. Le Parlement et ses membres constituent un pouvoir indépendant du gouvernement, soit le pouvoir législatif, celui de délibérer pour adopter des lois. Les règles prévoient des consultations et de nombreuses heures de débat pour améliorer les textes des projets de loi.

Encore Jolin-Barrette

M. Legault confiera la tâche de piloter cette grande réforme du parlement à son ministre et homme-orchestre, Simon Jolin-Barrette, qui cumule déjà les fonctions de leader parlementaire, ministre de l’Immigration et responsable du dossier de la laïcité.

«Je pense que Simon n’aura plus grand-chose à faire à partir de lundi, a-t-il dit à la blague. On en a discuté à quelques reprises au caucus. C’est souhaité entre autres par les nouveaux députés de dire: “Est-ce qu’on peut réformer notre Parlement pour que ce soit plus efficace et qu’il arrête d’avoir autant de perte de temps?”.»

Le premier ministre a cependant reconnu que la tâche s’avère compliquée. Il ne se fixe pas d’échéancier. «Comment fait-on pour juger si une intervention est pertinente ou non? Ce n’est pas simple, mais on va y travailler.»

 Pas sans nous, disent les libéraux

Les libéraux, qui souhaitent une réforme du parlement, exigent toutefois d’être consultés. Une réforme seulement que pour permettre au gouvernement d’aller plus vite n’est pas acceptable à leurs yeux.

«C’est bien mal commencé, a réagi le leader de l’opposition officielle, Sébastien Proulx. Ce que M. Legault a derrière la tête, c’est: “Lorsque j’étais dans l’opposition, je n’aimais pas trop ça, mais j’utilisais les règles actuelles pour ralentir le gouvernement. Maintenant que je suis au gouvernement, je n’aime pas plus ça, mais je voudrais que les règles changent pour que je puisse aller plus rapidement”.»

Notre plus grand défi, c’est d’avoir une démocratie de plus en plus directe avec les gens.Sébastien Proulx, leader de l'opposition officiel

Il souhaite que les parlementaires poursuivent la réflexion, mais «pour les bonnes raisons». «Notre plus grand défi, c’est d’avoir une démocratie de plus en plus directe avec les gens, que les gens viennent ici parce qu’ils s’approprient leur maison et qu’ils ont envie de venir travailler avec nous à élaborer les meilleures lois possible», a-t-il ajouté. 

Vendredi, au dernier jour de la session parlementaire, l’équipe libérale a qualifié le gouvernement Legault «d’autoritaire» et «d’arrogant» en raison de sa volonté de limiter la durée des débats à l’Assemblée nationale et d’imposer ses lois sous bâillon.

VOIR AUSSI: Le bâillon pour les signes religieux