POLITIQUE
09/09/2020 16:17 EDT | Actualisé 09/09/2020 16:22 EDT

François Legault et Doug Ford critiqués pour une photo sans distanciation physique

«Faites ce que je dis mais pas ce que je fais.»

Facebook/François Legault
Les premiers ministres du Québec et de l'Ontario, François Legault et Doug Ford, ont pris une bière ensemble en amont du premier sommet Québec-Ontario, mardi. Plusieurs personnes ont fait remarquer que les deux hommes ne semblaient pas être assis à deux mètres l'un de l'autre pendant leur échange.

Le premier ministre François Legault a dû défendre mercredi une photo le montrant en train de savourer une bière avec son homologue ontarien Doug Ford sans respecter la distanciation physique de deux mètres recommandée par leurs deux administrations pour prévenir la propagation de la COVID-19.

De passage à Mississauga pour le premier «sommet Québec-Ontario» mardi, M. Legault a partagé une photo des deux hommes attablés sur une terrasse le temps d’une pinte.

Rapidement, des internautes ont fait remarquer que les élus, qui ne portaient pas de masques, semblaient assis à moins de deux mètres de distance. Pourtant, au cours des derniers jours, le premier ministre a martelé l’importance pour les Québécois de respecter les consignes des autorités sanitaires et dénoncé un certain «relâchement» au sein de la population.

Questionné à ce sujet lors d’une conférence de presse mercredi après-midi, M. Legault a affirmé que les deux hommes avaient respecté les mesures sanitaires.

«Ce qui est important de dire c’est qu’on a respecté le port du masque jusqu’à temps qu’on soit assis à deux mètres», a affirmé le premier ministre, mentionnant que les deux hommes n’avaient pas cogné leurs verres lorsqu’ils ont porté un toast pour la photo.

Nos bouches sont restées à plus de deux mètres!François Legault, premier ministre du Québec

Il a néanmoins concédé, sourire aux lèvres, qu’«on peut toujours faire plus attention».

«Nos bouches sont restées à plus de deux mètres», a-t-il ensuite lancé à la blague.

Le premier ministre a partagé d’autres images de son passage en Ontario, lors duquel il a soupé à la résidence de M. Ford en compagnie de leurs conjointes respectives. Sur la plupart des images, les convives ne sont pas masqués, mais il est difficile d’évaluer la distance qui les sépare.

Mercredi, le premier ministre Ford a également fait l’objet de critiques pour avoir récemment assisté au mariage du député provincial Stan Cho, lors duquel de nombreux convives ne semblaient pas respecter les consignes des autorités sanitaires.

À l’instar de François Legault, M. Ford a récemment évoqué la nécessité de «mettre au pas» les personnes qui se rassemblent en grand nombre, évoquant spécifiquement les mariages.

«Je ne pourrai jamais insister suffisamment: on ne peut pas faire de grosses fêtes, on ne peut pas avoir de gros mariages. Je comprends que plusieurs cultures ont l’habitude des mariages gigantesques, où les convives viennent de partout dans le monde. Vous ne pouvez pas le faire», a martelé le premier ministre ontarien.

«C’est simple: reportez votre mariage ou mariez-vous dans un petit groupe», a dit le premier ministre. «C’est frustrant parce que ça affecte le reste de la province.»

Une internaute a qualifié les propos de M. Ford d’«hypocrites», affirmant que le mariage auquel le premier ministre et plusieurs membres de sa garde rapprochée ont assisté à la fin août contrevenait aux consignes sanitaires.

Sur des clichés de l’événement tenu le 22 août dernier, M. Ford et d’autres convives sont debout à proximité les uns des autres et ne portent pas de couvre-visage.

Le premier ministre ontarien avait également été critiqué ce printemps pour s’être rendu dans son chalet de Muskoka à Pâques, alors qu’il décourageait ses concitoyens de ne pas se rendre dans une autre région, sauf pour des raisons essentielles.

Son homologue fédéral Justin Trudeau avait aussi dû se défendre d’avoir quitté Ottawa pour visiter sa famille au Lac Harrington, au Québec, lors du congé pascal. Quelques heures plus tôt, il avait demandé aux Canadiens de «rester à la maison», même si cela les privait de passer du temps en famille.

Macron aussi pointé du doigt

Les politiciens canadiens sont loin d’être les seuls à être accusés de ne pas montrer l’exemple en ce qui concerne le respect des consignes sanitaires.

Il y a quelques jours, le président américain Donald Trump a enjoint un journaliste de retirer son masque pour poser une question, faisant fi des consignes sanitaires.

Mardi, le président français Emmanuel Macron s’est attiré les railleries après une excellente démonstration de ce qu’il ne faut pas faire pour limiter la propagation du coronavirus.

Pris d’une quinte de toux lors d’un événement public à Auvergne, dans le centre du pays, le président de la République a retiré son masque pour tousser - sur son poing, pas dans son coude -, avant d’utiliser la main sur laquelle il venait de tousser pour prendre le verre d’eau qu’il avait réclamé (sans prendre le soin de se couvrir le visage de nouveau pour parler). Le toux couronné d’une autre petite toux dans la main, sans la moindre trace d’un désinfectant hydroalcoolique nulle part.

La séquence ahurissante a fait le tour des réseaux sociaux. Quand on se compare, on se console?

À VOIR: François Legault a appelé les Québécois à la prudence à la veille du congé de la fête du Travail, alors que les nouveaux cas de COVID-19 continuaient de grimper.