Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

En Floride, le nom «Trump» gravé sur un lamantin

L'animal n'aurait pas été blessé, mais une enquête a été ouverte.

Ce lundi 11 janvier, les autorités fédérales ont affirmé qu’une enquête avait été ouverte afin d’identifier qui a griffonné le mot «Trump» sur le dos d’un lamantin, en Floride. Ils cherchent aussi à savoir si l’acte était politique, Donald Trump résidant dans cet État.

Capitaine d’un bateau d’excursion et passionnée de l’espèce, Hailey Warrington aurait trouvé l’animal scarifié ce dimanche, en plongeant dans la rivière Homosassa, à l’ouest d’Orlando. C’est elle qui a filmé cette vidéo, que vous retrouverez en tête de l’article, avant de l’envoyer aux autorités locales chargées de la faune.

Une gravure dans les algues recouvrant sa peau

On y découvre le nom du président sortant des États-Unis, écrit en grosses lettres sur le dos de l’animal. Un porte-parole de l’US Fish and Wildlife Service a déclaré à BuzzFeed News que le lamantin n’aurait pas souffert de cette inscription, qui aurait été gravée dans les algues au-dessus de sa peau.

Alors qu’il figurait jusqu’en 2017 dans la liste des espèces en voie de disparition, le lamantin des Antilles a été «rétrogradé», grâce à une croissance démographique accrue, dans la liste des espèces menacées. Sa lente progression dans l’eau le rend vulnérable aux collisions avec les bateaux.

Depuis les années 70, la vache de mer est protégée par trois textes. D’abord, la loi nationale sur la protection des mammifères marins de 1972, celle sur les espèces en voie de disparition de 1973 et enfin la loi sur le sanctuaire des lamantins de Floride de 1978.

Selon la Florida Fish and Wildlife Conservation Commission, harceler un lamantin est un crime fédéral, passible d’une amende de 50 000 dollars et d’un an de prison maximum. L’agence demande à ce que toute personne ayant des informations les contacte. Une récompense de 5000 dollars est promise à celui ou celle qui permettra d’identifier la personne coupable.

Ce texte a été publié originalement sur le HuffPost France.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.