NOUVELLES
10/08/2019 11:42 EDT | Actualisé 10/08/2019 15:19 EDT

Le financier Jeffrey Epstein s'est suicidé dans sa cellule

Il aurait été retrouvé sans vie dans sa cellule du Centre correctionnel de Manhattan samedi matin.

Le financier déchu Jeffrey Epstein, qui était en attente de son procès pour exploitation sexuelle, n’était plus sous haute surveillance lorsqu’il s’est enlevé la vie dans une prison new-yorkaise, a indiqué une source ayant une connaissance du dossier.

Son corps inanimé a été retrouvé samedi matin dans sa cellule du Centre correctionnel de Manhattan, a indiqué le Federal Bureau of Prisons.

Le Service des incendies dit avoir reçu un appel à 6h39, mentionnant qu’Epstein avait subi un arrêt cardiaque. Son décès a été constaté au New York Prebyterian-Lower Manhattan Hospital.

Le FBI a ouvert une enquête sur les circonstances du décès, a ajouté le Federal Bureau of Prisons.

Il y a deux semaines, l’accusé avait été retrouvé allongé par terre dans sa cellule avec des marques sur le cou, avaient rapporté plusieurs médias. On ignore si les blessures résultaient d’une tentative de suicide ou d’une agression.

Une source non autorisée à discuter publiquement de l’affaire a indiqué à AP que Epstein ne faisait plus l’objet d’une surveillance étroite pour risque de suicide. On ignore le moment exact de la fin de cette surveillance.

Le Federal Bureau of Prisons a confirmé que le détenu avait été placé dans une unité hautement sécurisée de la prison où les prisonniers de renom sont isolés de la population carcérale. Jusqu’à tout récemment, c’est là où était détenu le chef de gang mexicain Joaquin «El Chapo» Guzman, qui a été transféré à une prison à haute sécurité au Colorado.

La mort d’Epstein soulève des questions sur la manière avec laquelle le Federal Bureau of Prisons s’occupe du bien-être de ses prisonniers de renom. En octobre, le bandit bostonnais James Bulger avait été tué dans un pénitencier de la Virginie-Occidentale où venait d’être transféré.

Le procureur général des États-Unis William Barr s’est dit consterné d’apprendre la mort d’Epstein pendant qu’il était en détention dans une prison fédérale. Le FBI et le bureau de l’Inspecteur général du ministère de la Justice vont mener enquête, a-t-il promis.

L’arrestation d’Epstein, survenue le mois dernier, avait déclenché des enquêtes sur la manière dont son cas avait été traité par les autorités quand des accusations similaires avaient été portées contre lui en Floride, il y a plus de 10 ans. Le secrétaire au Travail des États-Unis Alexander Acosta a même dû démissionner le mois dernier pour le rôle qu’il avait joué à l’époque.

Âgé de 66 ans, Epstein avait plaidé non coupable. Il faisait face à une peine d’emprisonnement maximale de 45 ans s’il était reconnu coupable.

Colère

Certaines des présumées victimes d’Epstein ont accueilli l’annonce de sa mort avec colère.

«Nous allons devoir vivre avec nos cicatrices jusqu’à la fin de nos jours tandis que lui n’aura jamais à faire face aux conséquences de ses crimes», s’est exprimée Jennifer Araoz.

Brad Edwards, un avocat d’une vingtaine de plaignantes, a déclaré que «ce n’est pas la conclusion que l’on ».

«Les victimes méritaient de voir Esptein être tenu imputable. Il devait à toutes celles qu’il a blessées d’accepter l’entière responsabilité des souffrances qu’il a causées», a-t-il dit.

Vendredi, le ministère public avait publié plus de 2000 pages de documents provenant du procès civil intenté contre l’ancienne compagne d’Epstein par Virginia Giuffre, une des accusatrices du financier.

Selon Sigrid McCawley, l’avocate de Mme Giuffre, le suicide d’Epstein moins de 24 heures après la publication de ces documents «n’est pas une coïncidence». Il a exhorté les autorités à poursuivre leur enquête.