NOUVELLES
03/07/2019 15:50 EDT

Fillette de Granby: l'enquête du CIUSS blâme le «système complet»

Dans ses 14 recommandations, le CIUSS suggère notamment d'améliorer les communications entre les différents services

Pierre Saint-Arnaud/La Presse canadienne
Des toutous et des jouets avaient été déposés devant le palais de justice de Granby, le 21 juin dernier.

Au terme de son enquête sur la mort de la fillette de 7 ans à Granby, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSS) de l’Estrie ne montre pas du doigt une personne, mais il blâme un «système complet», qui n’a pas réussi à protéger la petite victime.

Le CIUSS de l’Estrie rendait publiques mercredi certaines parties de son enquête sur le drame. Ces constats généraux en viennent à la conclusion que c’est le «système» entier qui a failli à la tâche.

Le CIUSS a admis que des erreurs ont été commises, notamment en ce qui a trait au transfert d’informations, mais ce n’est pas parce que les intervenants étaient mal intentionnés, a indiqué en conférence de presse le président et chef de la direction du CIUSS, le docteur Stéphane Tremblay.

Les intervenants, qui sont débordés, ont fait de leur mieux dans les circonstances, a-t-il ajouté.

Dans ses 14 recommandations, le CIUSS suggère notamment d’améliorer les communications entre les différents services, et de mettre en place des mesures pour attirer et retenir le personnel qui travaille en protection de l’enfance et de la jeunesse.

 

La petite fille est morte à l’hôpital le 30 avril, le lendemain du jour où elle avait été retrouvée, mal en point, dans la résidence familiale.

Le père de la fillette ainsi que sa belle-mère ont été arrêtés. La belle-mère est notamment accusée de meurtre non prémédité, alors que le père fait face entre autres à une accusation de négligence criminelle ayant causé la mort.

Le décès de la fillette a provoqué une onde de choc à travers la province, entraînant la création d’une commission spéciale chargée de se pencher sur l’ensemble du système de protection de la jeunesse au Québec.

À VOIR AUSSI: notre série sur des ex-enfants de la DPJ