NOUVELLES
25/06/2020 10:25 EDT

Feux de forêt: la pluie accorde un certain répit après un dur début de saison

En date de mercredi soir, la province avait enregistré un total de 502 incendies de forêt.

Jacques Boissinot/La Presse canadienne
Le feu de forêt de Rivière-Ouelle est toujours sous haute surveillance (photo du 19 juin)

Soupir de soulagement: l’arrivée de la pluie permet d’assouplir l’interdiction de faire des feux à ciel ouvert à compter de jeudi matin, au moment où le Québec a franchi la barre des 500 incendies de forêt depuis le début de l’année.

«C’est beaucoup quand on pense qu’une saison moyenne complète, c’est 450 incendies», signale Stéphane Caron, coordonnateur à la prévention et aux communications de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

En date de mercredi soir, la province avait enregistré un total de 502 incendies de forêt affectant plus de 63 400 hectares, soit deux fois plus que la moyenne de 236 incendies pour une superficie de 27 300 hectares rapportés sur la même période au cours des dix dernières années.

L’interdiction de faire des feux en forêt ou à proximité était en vigueur pour l’ensemble du Québec, jusqu’au Nunavik. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a annoncé mercredi sa levée imminente pour presque tout le territoire, à l’exception de certains secteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord.

Il ne faut pas pour autant baisser la garde, insiste la SOPFEU, car après un printemps extrêmement sec, difficile de prévoir ce que nous réserve l’été. M. Caron appréhende déjà la foudre, «typique du mois de juillet», qui pourrait provoquer d’autres brasiers.

Feux sous haute surveillance au Lac-Saint-Jean et à Rivière-Ouelle

Les averses sont venues offrir un certain répit aux pompiers qui combattent toujours le feu ayant pris naissance dans le secteur de Chute-des-Passes, dans le nord du Lac-Saint-Jean, dont la superficie est évaluée à plus de 62 000 hectares.


Cet incendie, qui était hors de contrôle depuis une semaine, est dorénavant considéré comme «contenu», c’est-à-dire qu’il ne devrait pas progresser davantage ou «du moins, pour le moment», explique M. Caron.

«Ça nous permet de travailler dessus justement pour bien ceinturer tout le périmètre pour en arriver à une maîtrise de ce feu-là», ajoute-t-il.

Pour ce faire, 140 pompiers étaient toujours à l’oeuvre mercredi, dont des renforts venus de l’Ontario et de l’Alberta.

Un autre incendie est sous haute surveillance à Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent. Celui-ci s’est déclaré dans une tourbière, à proximité de l’autoroute 20.

Malgré une modeste superficie de 400 hectares, ce type d’incendie brûle en profondeur plutôt qu’en surface, ce qui dégage énormément de fumée incommodante pour les communautés avoisinantes.

À VOIR: les Québécois prêts à se rapprocher