NOUVELLES
21/06/2020 09:38 EDT | Actualisé 21/06/2020 13:47 EDT

Le feu de forêt au Lac-Saint-Jean s'approche d'une centrale d'Hydro-Québec

«Le feu a pris une croissance hier dans sa largeur plutôt que dans sa longueur», a indiqué Josée Poitras, agente à la prévention et aux communications de la SOPFEU, dimanche matin.

Facebook/SOPFEU-Page officielle
Le feu dans le secteur de Chute-des-Passes.

Le Québec est passé de 13 feux de forêt samedi à 20 incendies dimanche, dont un qui est toujours hors de contrôle au Lac-Saint-Jean, et qui se dirige vers le Saguenay, ravageant déjà plus de 62 396 hectares de forêt depuis mardi dernier.

«Le feu a pris une croissance hier dans sa largeur plutôt que dans sa longueur», a indiqué Josée Poitras, agente à la prévention et aux communications de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), dimanche matin, en entrevue à La Presse canadienne.

«Le feu n’a peut-être pas avancé vers le réservoir Pipmuacan, mais il est tout près, juste avant les Monts-Valin, sauf que le feu s’est approché de la centrale Péribonka IV», a-t-elle précisé.

Les pompiers forestiers tentent maintenant de protéger les installations de la centrale hydroélectrique Péribonka IV d’Hydro-Québec. Les flammes étaient à 1,2 km des installations tôt dimanche matin.

Un porte-parole d’Hydro-Québec, Maxence Huard-Lefebvre, a indiqué samedi qu’il n’y a «absolument aucun» risque pour l’alimentation électrique au Québec.

«Les centrales hydroélectriques au Québec sont interreliées sur le réseau. Une centrale n’est pas associée à des clients en particulier», a précisé M. Huard-Lefebvre. Il a expliqué toutefois que la centrale a été mise en dormance par mesure préventive.

Des pompiers en renfort et des chalets évacués

Ils sont maintenant une soixantaine de pompiers forestiers à combattre les flammes et des renforts, de partout au Québec, arriveront sous peu.

«C’est une soixantaine de pompiers forestiers, avec 18 pompiers en renfort en attente. Dès lundi, donc demain, nous attendons du personnel supplémentaire, 200 pompiers forestiers de plus», a souligné Mme Poitras.

Samedi, les vents qui ont changé de direction ont donné de la puissance à cet incendie de forêt qui menace des sites de villégiatures. Un large périmètre a été érigé pour évacuer les vacanciers et les pêcheurs qui se trouvaient dans cette zone.

«Il n’y a pas de blessés et il y a un périmètre où c’est vraiment interdit d’entrer en forêt. Alors, il y a dix points de blocage», a souligné la porte-parole de la SOPFEU qui rappelle que les autorités des MRC Maria-Chapdelaine et du Fjord-du-Saguenay s’occupent de joindre les propriétaires des chalets pour s’assurer que personne ne se retrouve à l’intérieur du périmètre jugé dangereux.

Samedi, Mme Poitras a confirmé que des chalets ont été brûlés par l’incendie de forêt qui fait rage, mais les données officielles n’avaient pas encore été compilées.

La canicule et les feux de forêt

La canicule qui sévit dans plusieurs régions du Québec, la deuxième depuis le mois de mai dernier, a eu une incidence sur le nombre d’incendies de forêt au Québec.

La SOPFEU compte à ce jour 444 incendies cette année, soit près de deux fois plus que la moyenne saisonnière depuis les dix dernières années.

«Le danger d’incendie est extrême partout ou à peu près dans la province et l’on a connu hier en fin de journée des éclosions de feux de foudre également», ce qui explique notamment que la province est passée de 13 à 20 incendies en activité depuis la veille a indiqué Josée Poitras.

Le météorologue d’Environnement Canada Alain Roberge avait prédit samedi des précipitations dans le secteur en soirée, mais la pluie n’avait pas nécessairement le résultat escompté.

«Le pire, c’est que lorsque les premières averses arrivent, elles sont souvent accompagnées d’orages. Donc même si la pluie est au rendez-vous, les orages peuvent créer de nouveaux feux.»

Dimanche, le mercure va encore atteindre les 30 degrés Celsius dans la région, avec une chaleur ressentie de 40 degrés avec le facteur humidex, selon les prévisions d’Environnement Canada.

Les conditions météo et les vents influencent aussi la décision d’avoir recours ou non aux avions-citernes de la SOPFEU.

Le gouvernement Legault surveille la situation

Le premier ministre François Legault s’est à nouveau tourné vers Twitter samedi pour indiquer que les autorités suivent la situation de près et cet autre incendie qui fait rage à Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent.

«En plus de l’incendie de forêt qui fait rage au Lac-Saint-Jean, une tourbière de Rivière-Ouelle est aussi la proie des flammes et les vents n’aident pas la situation actuellement.»

Dans un deuxième gazouillis, M. Legault ajoute:

«Une ligne téléphonique de @ServicesQuebec est maintenant disponible pour informer la population sur la situation des feux de forêt : 1-877-644-4545.»

Un feu de tourbière à Rivière-Ouelle

Quant au feu de tourbe qui a éclaté vendredi après-midi à Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent, il est maintenant contenu, mais il reste encore du travail à faire pour les pompiers.

«Hier le feu avait repris de la vigueur, si bien que le feu a atteint ce matin 250 hectares de forêt affectés», a indiqué la porte-parole de la SOPFEU.

«On va travailler encore aujourd’hui. Il y a une quarantaine de pompiers forestiers qui vont travailler sur le flanc ouest, qu’on voit de l’autoroute d’ailleurs et on va travailler en bordure», a précisé Josée Poitras qui souligne aussi qu’«il est possible aussi que le panache de fumée se promène et que les gens vont sentir l’odeur également.»

D’ailleurs, cette fumée était visible jusqu’à Québec samedi soir où la centrale 911 a reçu plusieurs appels, entre 17 h 30 et 18 h 30, pour «la présence de fumée dans le ciel de Québec», a indiqué le porte-parole des communications en sécurité publique, Alexandre Lajoie.

«Les pompiers ont effectué plusieurs vérifications dans différents secteurs de Québec. Selon la direction des vents, il s’agirait de fumée résiduelle provenant des incendies de tourbières de Rivière-Ouelle située sur la Rive-Sud du fleuve Saint-Laurent», a-t-il indiqué.

«Nous tenons à rassurer les habitants de Québec, dans les conditions actuelles, cette fumée ne présente aucun risque.»

À VOIR AUSSI: Restaurants et COVID-19: pour les cuisiniers, c’est chaud!