Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Ils fêtent leur anniversaire au temps de la COVID-19

Marguerite,Camille, Chloé, Lily et Éric ont ou vont fêter leur anniversaire. Ils témoignent.

De 4 à 32 ans, nos fêtés ont dû changer leurs plans avec plus ou moins de tristesse ou de résignation. Petits témoignages qui donnent du baume au coeur ou un petit pincement à notre palpitant.

Marguerite, 4 ans le 21 mars

«Elle n’a pas eu tant de réactions que cela Margot. Ça faisait un mois que je lui préparais une fête, je lui avais dit aussi qu’on inviterait des amis à elle. Mais cela demeure un concept abstrait à son âge. Lorsque la situation s’est précisée, on lui a expliqué qu’on ne pourrait pas inviter ses amis à cause de la maladie. Elle a compris et n’a pas eu tant de réactions. Elle m’a même aidée à faire son gâteau de fête, elle adore cela Margot cuisiner des desserts», raconte la maman de Marguerite.

Eric, 30 ans le 30 mars

«Je préparais un gros party pour mes 30 ans, disons que je l’attendais depuis un bout cette fête! Je prévoyais de mélanger différentes gangs d’amis, mais bien sûr tout est tombé à l’eau. On s’est fait un petit souper accompagné d’une bonne bouteille de vin avec mon chum dans le chalet qu’on s’est acheté - et d’où on vit le confinement. Le 20 mars c’était la fête de ma soeur, le 21 mars c’était celle de mon chum, le 27 mars celle de mon beau-frère. On trouve des moyens de fêter quand même en se parlant par vidéo, en partageant un bon repas. Dans mon cas, je projette de le fêter plus tard, après, mais c’est sûr que quand cela fait trois mois que s’est passé, c’est moins fun.»

Camille, 32 ans le 31 mars

«Je vais avoir 32 ans le 31 mars. Je fête mon anniversaire tout le temps, mais c’est tellement pas ça l’important cette fois-ci! J’avais prévu une soirée souper et karaoké avec des amis sans mes enfants. Je vais probablement rien faire. Mon autre fille, c’est le 22 avril. Je pense tout simplement qu’on organisera une fête tous ensemble plus tard, quand on pourra. Nos trois fêtes pour toutes les trois. Je ne prévois pas de Skype non plus, ce n’est pas bien grave.»

Chloé, 16 ans le 20 mars

«16 ans, c’est un gros chiffre, c’est symbolique! J’avais prévu de louer un studio et d’inviter un grand nombre d’amis. Et puis, bien sûr on a tout annulé. Ce n’était pas une super journée, j’étais même assez déprimée. Je n’ai pas vraiment “facetimé” avec mes amis. Bien sûr j’ai reçu des messages d’eux et je l’ai passée avec maman et mon frère! Je prévois de fêter quand tout cela sera terminé, mais on dirait que cela va être dans un bon bout de temps. En attendant, les journées sont longues, mais je parle beaucoup avec mes amis, tous les jours. Et j’ai des cours en ligne et quelques devoirs.»

Lily, 12 ans le 22 avril

«Je ne crois pas “facetimer” avec mes amis, ou peut-être juste avec ma meilleure amie. Je comprends bien la situation, mais c’est sûr que cela me rend triste. Déçue, mais résignée. Mais je vais le fêter en famille alors c’est ce qui est important. Aussi, je pense que j’aimerais cuisiner mon propre gâteau et préparer un bon souper avec mes parents. Mais plus largement, je suis en 6e année et j’ai peur de ne pas retourner à l’école avant d’entrer au secondaire. C’est un gros changement!»

À voir aussi

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.